Retour

Les potagers de façade bienvenus à Trois-Rivières

Alors qu'un potager de façade sème la discorde dans un quartier de Québec, à Trois-Rivières les agriculteurs urbains peuvent cultiver librement leurs légumes devant leur demeure. Ils sont toutefois peu nombreux à le faire.

Jean-François Rancourt cultive pour un premier été une grande variété de légumes devant chez lui. Pour ce père de famille, il était plus pratique d’installer son potager devant sa maison plutôt que derrière.

« Les enfants peuvent jouer dans la cour, explique-t-il. Je ne voulais pas abattre des arbres pour planter un potager. »

Le potager de M. Rancourt est bien accueilli par les autres habitants de son quartier de Trois-Rivières.

« J’ai demandé aux voisins avant de le faire, je pense que c’est important, dit-il. Un voisin a même généreusement proposé de me prêter une partie de son terrain. »

Alors qu’ils sont interdits dans certaines villes de la province, les potagers de façades sont tolérés à Trois-Rivières. Les règlements municipaux exigent qu’au moins 10 % de l’avant des maisons soient recouverts de verdure. Les plantes maraîchères sont considérées comme de la verdure.

Le porte-parole de la Ville, Yvan Toutant, indique que Trois-Rivières ne reçoit pas de plainte relativement à l’existence de potagers de façade.

Même si la Ville n'impose aucune restriction aux potagers de façade, on peut en apercevoir très peu à Trois-Rivières.

« Je pense que les gens n’osent pas. Ils ont peur de déranger », croit Jean-François Rancourt.

L’agriculteur urbain espère bien voir pousser d’autres potagers comme le sien.

Avec les informations d'Aziz Hajeri

Plus d'articles

Commentaires