Retour

Les pourvoyeurs de petits poissons des chenaux à l'ère 2.0

La présence web est devenue « la » façon se démarquer pour les 18 pourvoyeurs de poulamon de la rivière Sainte-Anne, en Mauricie, qui doivent se partager le même territoire de pêche et annoncer les mêmes tarifs.

Plusieurs pourvoyeurs se sont tournés vers l'internet pour attirer de nouveaux clients.

La propriétaire du Centre de pêche Caron, Isabelle Caron, a fait affaire avec un jeune diplômé en informatique il y a six ans pour créer son site internet. Son site est parmi les premiers trouvés par les moteurs de recherche en utilisant l'expression « poissons des chenaux ».

Son ami et voisin de pourvoirie Stéphane Roy, propriétaire du Centre de pêche Grimard, jongle encore avec l'idée d'investir davantage dans sa page web, qui arrive plus loin dans les moteurs de recherche.

Miser sur les appareils mobiles

Le spécialiste en stratégie web Jonathan Poliquin, associé chez /natifs à Trois-Rivières, trouve que la plupart des sites web de pourvoyeurs sont désuets.

Pour avoir plus de visibilité, selon lui, ces sites devraient miser sur la compatibilité avec les tablettes électroniques et les téléphones intelligents, qui comptent pour la moitié du trafic sur internet.

Un as du référencement

Un site se démarque du lot : celui de l'entreprise Marchand et fils, dont le nom de domaine comporte l'expression favorite des moteurs de recherche, « poissons des chenaux ».

Il est en ligne depuis 20 ans, mais son propriétaire a récemment investi des milliers de dollars pour le mettre au goût du jour.

Avec les informations de Claudie Simard.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine