Retour

Les sucres, une histoire de famille depuis plus de 50 ans chez les Bahl

Les passions n'ont pas d'âge! Rolland Bahl et sa conjointe, Rolande Plante, en sont la preuve. Âgés respectivement de 86 ans et 81 ans, ils viennent de terminer une 53e saison des sucres à Drummondville.

Pas question, pour le couple, de déménager dans une résidence pour personnes âgées. Chaque année, ils attendent le printemps avec impatience.

« C'est une maladie! », admet Rolland Bahl. « Quand j'étais petit, on avait une cabane près de l'A-55. On ramassait avec les chevaux. Les samedis et les dimanches, quand on n'avait pas d'école, on allait à la cabane », ajoute-t-il.

Rolland essaie de se rendre le plus utile possible malgré la faiblesse de ses jambes et son cœur malade. Il doit se déplacer en triporteur ou encore sur un véhicule tout-terrain.

Mais l'érablière, c'est une histoire de famille. « Il fait sa tournée de temps en temps », explique son fils, François, l'aîné de la famille de huit enfants.

Chaque printemps, François entaille 2300 érables avec sa mère, incapable de demeurer en place bien longtemps.

« Tu sais, on est bien ici. On est vraiment bien. On ne pourrait pas être mieux. Je ne me verrais pas en foyer. Le plus longtemps possible, on va rester ici », souligne Rolande Plante.

La tradition des sucres risque donc de se poursuivre. « Si notre garçon nous aide. Il a l'air d'aimer ça lui aussi », ajoute-t-elle en riant.

« Pour moi, ils aiment encore trop ça. Ils veulent la garder, l'érablière. Puis c'est correct comme ça. Moi je vais les aider tant et aussi longtemps que je vais être capable. Si jamais c'est transféré à quelqu'un d'autre dans la famille, je vais continuer », explique François.

« Je suis fier d'aider mes parents. Je leur lève mon chapeau », ajoute François.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine