Retour

Les Ursulines de Trois-Rivières cherchent de la relève pour « la maison blanche »

La communauté religieuse des Ursulines est à la recherche de partenaires pour assurer la survie de sa propriété dans le vieux Trois-Rivières. Elle souhaiterait pouvoir agrandir son musée et ouvrir un centre d'archives.

Les Ursulines cherchent à collaborer avec des organisations, la Ville, Québec ou Ottawa pour que le bâtiment surnommé « la maison blanche » et ses archives puissent continuer à être utiles. Un comité a été formé pour trouver des options.

Elles souhaiteraient que l'ancien couvent, situé dans le vieux Trois-Rivières, soit légué au public, tout en gardant un peu de ses premières vocations. Soeur Cécile Dionne espère pouvoir le « conserver comme un monument qui peut continuer, sous des formes nouvelles, notre mission d'éducatrices ».

Peu de temps après sa construction, le bâtiment a accueilli la première école de Trois-Rivières. Quelques années plus tard, il abritait le premier hôpital de la Ville.

« Nos archives et notre histoire sont liées à l'histoire de Trois-Rivières. Nous sommes arrivées les premières, alors on retrouve des traces de tout le développement de Trois-Rivières dans nos archives », ajoute la supérieure générale des Ursulines de l'Union canadienne.

Patrimoine Trois-Rivières salue l'initiative des Ursulines. « C'est important [...] de conserver ce bâtiment-là, c'est presque une marque de commerce pour Trois-Rivières : il y a le pont, l'amphithéâtre, mais aussi le couvent des Ursulines », affirme l'administrateur de Patrimoine Trois-Rivières, Pierre Joncas.

D'après les informations de Sarah Désilets-Rousseau

Plus d'articles

Commentaires