Retour

Lock-out à l'UQTR : début d'un blitz de négociation

Les négociations se poursuivent dans le dossier du lock-out des professeurs de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). C'est que les parties patronale et syndicale ont confirmé à la sortie de leurs rencontres respectives avec le médiateur au dossier à Québec, jeudi.

D'ici lundi en fin de journée, les deux parties se sont engagées à ne pas commenter le dossier, laissant place aux négociations.

Vendredi matin, le recteur de l’UQTR, Daniel McMahon, et l’ensemble des membres du conseil d’administration de l’établissement ont indiqué dans un communiqué qu’ils se réjouissent de l’amorce « d’une séance-marathon de négociations » sous la gouverne du conciliateur Gilles Lachance.

« Nous souhaitons ardemment que le lock-out soit le plus court possible », a écrit la direction de l’UQTR dans son communiqué, « au bénéfice de tous les membres de la communauté universitaire, incluant nos professeurs à qui nous vouons le plus grand respect et garantissons tout notre dévouement. »

Le recteur de l'UQTR, Daniel McMahon, a aussi été convoqué par la ministre responsable de l'Enseignement supérieur, Hélène David, qui souhaite le rencontrer vendredi pour avoir « une conversation sérieuse.

La ministre David avait fait part mercredi de son mécontentement à la suite du déclenchement du conflit de travail.

La direction de l’UQTR a mis ses professeurs en lock-out mercredi. La décision a plusieurs impacts tant pour le personnel enseignant que pour les étudiants de l’université.

Plus d'articles