Retour

Manawan : une deuxième victime obtient son congé de l’hôpital

Le deuxième enfant qui a dû être hospitalisé après avoir été violemment attaqué par d'autres jeunes vendredi dernier, dans la communauté atikamekw de Manawan, dans Lanaudière, est de retour parmi les siens.

L’enfant, un garçon âgé de trois ans, avait été forcé d’avaler une grande quantité de sable par un groupe de garçons âgés de 6 à 10 ans, alors qu’il jouait dans la cour de sa garderie. Il a dû être héliporté à l’hôpital Sainte-Justine où il a reçu une opération d'urgence aux poumons.

Au moment de l’agression, le garçon était accompagné de son frère de 5 ans, qui a lui aussi attaqué. L’aîné est toutefois rapidement revenu à maison, après un passage à l’hôpital de Joliette.

Les responsables de Manawan espèrent maintenant que cet incident permettra de rapprocher la communauté, même si beaucoup de ses membres sont encore sous le choc. « Ça a été dur pour notre communauté », affirme le grand chef Constant Awashish. Mais il ajoute que des ressources ont été déployées pour face à la crise.

Ainsi, policiers, travailleurs sociaux, professionnels de la santé et parents se sont réunis pour faire le point sur la situation et élaborer un plan d’intervention.

Constant Awashish soutient que sa communauté a besoin d’un espace pour discuter de ce qui s’est passé et de trouver les moyens d’aller de l’avant. Le plan propose donc de réunir les personnes de la communauté durant des journées culturelles misant sur le vivre-ensemble.

« C’est ce que tout le monde a toujours voulu. Les gens veulent plus de conscientisation, plus de journées culturelles pour en apprendre plus sur leur identité et aussi plus de temps pour discuter au sein de la communauté », avance le grand chef.

Constant Awashish croit que les récents événements ont constitué une prise de conscience pour les résidents de Manawan.

« Tout le monde va travailler pour s’assurer que le plan fonctionne », dit-il. Le chef est persuadé que ses concitoyens pourront tirer quelque chose de positif de toute cette expérience.

« Je crois que les gens vont en sortir grandis. Je crois qu’on va s’assurer que quelque comme ça ne se reproduise plus jamais », conclut-il.

D'après le reportage de Patrick Butler, pour CBC News

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine