Retour

Menace de conflit de travail à l'usine Viterra de Bécancour

La menace d'un conflit de travail plane sur une autre entreprise du parc industriel et portuaire de Bécancour. Mandat de grève en main, les employés de l'usine Viterra se prononceront sur une offre patronale samedi.

Les 80 employés de l’usine Viterra sont conviés à deux assemblées lors desquelles les offres leur seront présentées. La première est prévue à 15 h 30 et la deuxième à 19 h 15.

Une douzaine de séances de négociation et quelques séances de conciliation ont été nécessaires pour en arriver à cette première offre.

« On avait déjà un mandat de grève depuis novembre dernier, indique le représentant national du syndicat Unifor, Luc Deschênes. Ce soir, ce qu’on présente à nos membres, c’est la finalité de toute la négociation qui dure depuis bientôt un an. »

Les travailleurs de l'usine sont sans contrat de travail depuis le 30 avril dernier.

Alors que les 1030 employés de l'Aluminerie de Bécancour sont en lock-out depuis maintenant 10 semaines, le maire Jean-Guy Dubois espère qu'un conflit de travail sera évité chez Viterra. Il dit se sentir impuissant devant la situation.

Viterra est une compagnie internationale de transport de grains dont le siège social est situé à Régina en Saskatchewan. À l'usine de Bécancour, établie depuis 2009, on procède à l'extraction de l'huile de soya et de canola.

Viterra est aussi un des principaux commerçants-distributeurs de céréales au Port de Montréal et a mis en lock-out ses 51 opérateurs, qui sont sous un autre syndicat, le 30 janvier dernier.

Avec les informations de Marie-Pier Bouchard

Plus d'articles

Vidéo du jour


10 choses à savoir sur le « Cyber Monday »