Retour

Métier : commandante d'aéroglisseurs dans la Garde côtière

Marie-Hélène Giasson a grandi à proximité de l'eau et avait le goût de l'aventure. Aujourd'hui, elle est commandante d'aéroglisseurs dans la Garde côtière canadienne à Trois-Rivières, un métier qui la passionne.

La Trifluvienne d'origine a étudié en navigation à Rimouski. Elle a ensuite effectué un remplacement comme matelot sur un aéroglisseur à Trois-Rivières, ce qui l'a convaincue de devenir pilote de cet engin.

À ce temps-ci de l'année, Marie-Hélène Giasson est très occupée. Les opérations de bris de glace sont commencées sur le lac Saint-Pierre.

« Le printemps, c'est notre grosse saison de l'année, c'est la plus grosse saison pour les aéroglisseurs », explique la commandante, qui vient d'une famille de marins.

Sa mission : briser la glace, pour éviter les inondations

Chaque matin, un hélicoptère survole les glaces au-dessus du fleuve Saint-Laurent afin de déterminer où les aéroglisseurs devront intervenir.

C'est grâce aux vagues qu'ils provoquent que les aéroglisseurs sont en mesure de s'acquitter de leur tâche. Ils se déplacent généralement à 15 ou 20 noeuds et peuvent casser des glaces d'environ un mètre d'épaisseur.

Son bureau : l'aéroglisseur

Dans de bonnes conditions, un aéroglisseur peut atteindre une vitesse maximale sécuritaire de 50 noeuds, ce qui équivaut à environ 100 km/h.

« Cette vitesse-là n'est pas toujours accessible, ça va dépendre de la surface de l'eau, du vent », raconte Marie-Hélène Giasson.

L'aéroglisseur n'est pas obligé de suivre le chenal de navigation sur le fleuve, ce qui lui permet de prendre des raccourcis et d'arriver à destination plus rapidement qu'un navire.

« Ce sont des embarcations assez coûteuses à opérer », explique la commandante. En incluant la construction et l'administration, elles peuvent coûter jusqu'à 19 millions de dollars.

Il est rare que des femmes occupent le poste de commandante d'aéroglisseur. Marie-Hélène Giasson affirme tout de même qu'elles sont de plus en plus nombreuses à s'intéresser à cette fonction. Elles sont deux en ce moment à Trois-Rivières.

Autres missions

Une fois le déglaçage terminé, l'heure n'est pas au repos. Les aéroglisseurs sont responsables d'aller changer le système de balises sur le fleuve. Il faut remplacer les bouées d'hiver par les bouées d'été.

Les aéroglisseurs s'occupent des bouées en eau moins profonde, qui ne sont pas accessibles par navire.

Comme tous les navires de la Garde côtière, les aéroglisseurs peuvent aussi être appelés à participer à des opérations de recherche et de sauvetage. Le territoire couvert par les aéroglisseurs basés à Trois-Rivières s'étend de la Gaspésie jusqu'à Ottawa.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine