Retour

MISE À JOUR - Démantèlement d'un réseau de cannabis en Mauricie : 31 personnes arrêtées

La Sûreté du Québec et d'autres corps de police ont procédé jeudi au démantèlement d'un important réseau de production et de trafic de cannabis basé en Mauricie. La drogue était revendue dans les régions de Montréal, de Québec et du Saguenay.

Une quarantaine de perquisitions ont eu lieu à Trois-Rivières, Bécancour, Saint-Élie-de-Caxton, Maskinongé, Saint-Léon-le-Grand, Yamachiche, Saint-Sylvère, Lac-à-la-Tortue, Saint-Maurice, Québec, Saint-Raymond-de-Portneuf, Jonquière et Montréal.

Les trafiquants exportaient près de 45 kg de cocottes de cannabis à l'extérieur de la Mauricie chaque semaine. Une livre était vendue à environ 2 000 $.

Au total, 31 suspects entre 22 et 77 ans devaient comparaître à la suite de cette opération policière. Ils font face à des accusations de gangstérisme, de complot et d'autres chefsliés aux stupéfiants.

Trente d'entre eux ont comparu au palais de justice de Trois-Rivières  et un autre devait comparaître à Saguenay.

La Couronne s'est opposée à la remise en liberté des accusés qui ont comparu à Trois-Rivières. Ils reviendront en cour le 6 avril.

Le Pot se défend

À Trois-Rivières, une perquisition a été menée sur la rue des Forges au restaurant Le Pot Papilles et Cocktails. L'un des accusés, Simon Girard, figurait au registre des entreprises du Québec comme premier actionnaire de ce restaurant, jusqu'au 31 mars, jour de sa comparution.

Selon la Sûreté du Québec, il serait l'une des six têtes dirigeantes du réseau.

Les copropriétaires David Pelletier et Pierre-Hugues Trudel avaient publié un communiqué en fin d'avant-midi jeudi. Ils affirment qu'aucune activité criminelle ne s'est déroulée dans leur établissement.

« Le restaurant n'est visé par aucune accusation, au contraire, il est seulement victime d'un mandat de perquisition qui n'est aucunement relié aux activités du restaurant », écrivent les copropriétaires.

Une autre perquisition a eu lieu dans une résidence à l'intersection de la rue Sainte-Marguerite et du boulevard des Récollets.

200 policiers de la Sûreté du Québec, de la Gendarmerie royale du Canada et de la Sécurité publique de Trois-Rivières ont participé à cette opération. L'enquête de la Sûreté du Québec avait été initiée en novembre 2014.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine