Retour

Mondial des cultures de Drummondville : déception pour certains exposants

Le Mondial des cultures de Drummondville a fait plusieurs modifications cette année dans son organisation. Les organisateurs ont, entre autres, modifié l'aménagement de la zone commerciale dévolue à la vente d'artisanat. Des changements qui ont déplu à plusieurs boutiquiers, certains ajoutant avoir perdu de l'argent.

Un texte de Geneviève Proulx

Si plusieurs festivaliers se réjouissent de leur participation au Mondial des cultures, le nouveau concept de l'événement est loin de faire l'unanimité chez les exposants. Suzanne Claveau soutient avoir vendu 30 % de moins que par les années passées. « Il n'y a pas de continuité. Il y a des kiosques qui ont été mis n'importe où pour le décor du festival, mais pour la vente, ça a été un gros fiasco. Pour nous, les exposants, on a une grande insatisfaction », déplore la propriétaire des Souvenirs de la Russie, Suzanne Claveau.

Une opinion que partagent presque tous les commerçants rencontrés. Ami Nata a déboursé plus de 2220 $ pour tenir un kiosque de produits artisanaux au Mondial des cultures. Selon elle, ses revenus ne permettent pas d'éponger ses frais.

Année difficile

Déception aussi pour d'autres qui n'ont pas aimé l'emplacement de leur kiosque. « L'année passée, tous les artisans étaient ensemble et les gens attendaient en file à ma porte. Cette année, j'ai pris une plus grande cabane, pris plus d'inventaires, mais on a eu moins de monde, c'est un peu difficile », déplore Johanne Cotnoir de Passion Création Johanne.

Malgré tout, d'autres ont réussi à faire de bonnes affaires. C'est le cas de Kathy Labrecque de l'entreprise Baluchon. « C'est une année très positive encore. Ça va très bien. Les gens sont fidèles à nous et aiment nos produits. »

Le Mondial des Cultures a choisi de délaisser les artistes destinés au grand public afin de donner au festival un caractère plus international. L'organisation se dit satisfaite de l'achalandage, mais comme il s'agit d'une année de changement, un bilan sera nécessaire pour déterminer les correctifs à apporter l'an prochain. « On écoute autant nos festivaliers que nos exposants. Il y a des ajustements qui seront faits, c'est normal. C'est l'an 1 de ce nouveau Mondial. Le bébé est né, on va lui donner de l'amour et ça va aller encore très bien pour l'an prochain », assure le directeur général de l'événement, Charles Guillemette.

Même si les ventes ont été moins bonnes cette année, plusieurs exposants ont tout de même l'intention de revenir l'an prochain.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Ils en repêchent par milliers chaque année à Amsterdam





Rabais de la semaine