Retour

Mort d'un adolescent en VTT : des adeptes réagissent sur l'âge légal pour être aux commandes

La mort d'un adolescent de 13 ans dans un accident de véhicule tout-terrain (VTT) jeudi près de La Tuque, en Haute-Mauricie, soulève des questions sur l'âge légal pour conduire un quad. La victime, qui était seule sur son VTT, n'avait pas l'âge légal pour se trouver aux commandes d'un tel engin.

Le garçon se promenait avec trois autres véhicules sur un chemin forestier près du kilomètre 80 de la route 10, au nord de La Tuque lorsqu'il a perdu la maîtrise de son véhicule dans une courbe vers 17 h 15. Il s'est retrouvé sous son VTT. Il a été transporté à l'hôpital, où il a succombé à ses blessures.

Cet accident fait réagir les adeptes du VTT, mais ne surprend pas dans le milieu, même si tous savent qu'il est interdit de conduire un quad avant l'âge de 16 ans.

« Dans nos sentiers, on a des agents de surveillance de sentier, mais c'est sûr qu'ils ne peuvent pas être partout, explique l'ancien président de la Fédération québécoise des clubs de quad (FQCQ), Pierre Charbonneau.

Il croit qu'il faut conscientiser les parents à l'importance de respecter la loi. « On sait qu'en pleine forêt, des fois, ils [les moins de 16 ans] le font pareil, précise-t-il. On ne peut pas les surveiller partout, le territoire est tellement vaste, surtout en Haute-Mauricie, c'est impossible. »

Le copropriétaire du centre de location Maximum aventure, Maxime Gervais, abonde dans le même sens.

« On sait très bien qu'on ne doit pas le faire, dit-il. On sait que certains le font, mais comme on le voit là il y a des conséquences qui peuvent être désastreuses pour des familles. »

Des véhicules instables à haute vitesse

Règle générale, la limite de vitesse oscille autour de 50 km/h sur les sentiers, des limites qu'il est important de respecter parce que si les VTT sont des véhicules puissants, ils sont aussi instables.

L'ancien président de la FQCQ et le copropriétaire de Maximum aventure, à Shawinigan, s'entendent pour dire que la vitesse est le plus important facteur de risque en VTT. 

« C'est toujours la même chose. En général, c'est la vitesse ou le manque d'aptitude du client qui est en cause, explique Maxime Gervais. C'est-à-dire qu'il n'a pas respecté la vitesse recommandée ou qu'il n'a pas respecté ses capacités en tant que conducteur. »

Selon Pierre Charbonneau, il faut adapter sa conduite au terrain sur lequel on circule. « La plupart du temps, c'est sur une route de gravelle ou de sable, puis on sait que sur le bord de ces routes forestières là, le terrain est mou, lance-t-il. Ce qui fait que, si tu vas vite et que tu vas sur le côté du chemin, tu es plus sujet aux pertes de contrôle. »

On ignore pour le moment la cause de l'accident de jeudi, mais selon la Sûreté du Québec, tout indique que le manque d'expérience pourrait être en cause.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine