Retour

Moyens de pression des enseignants : des entreprises affectées par les sorties annulées

Des entreprises de la Mauricie appréhendent une baisse de leurs revenus si les négociations entre le gouvernement Couillard et les enseignants n'aboutissent pas rapidement. L'annulation des sorties scolaires comme moyen de pression utilisé par les enseignants a des conséquence sur la fréquentation de plusieurs établissements.

Au-delà des journées de grève auxquelles ils prendront vraisemblablement part au cours des prochaines semaines, les enseignants du Québec ont choisi d'intensifier leur mobilisation, notamment en mettant en veilleuse les sorties scolaires.

Au centre de ski Vallée du Parc, à Shawinigan, la clientèle scolaire représente de 10 à 12 % des revenus annuels. « C'est quand même important, lance le directeur de la station, Alain Beauparlant. C'est généralement le profit de fin d'année. Donc c'est une clientèle [dont] il faut prendre soin. »

La saison de ski n'étant pas encore sur le point de démarrer, le centre Vallée du Parc a encore le temps de se préparer en cas de prolongation du conflit. D'autres entreprises, par contre, ressentent déjà les contrecoups de la stratégie des enseignants.

« Nous avons eu plusieurs annulations de groupe. Au niveau des réservations, le volume d'appel est dramatiquement à la baisse comparé aux autres années », illustre Valérie Bourgeois, la directrice du Musée Boréalis de Trois-Rivières.

L'annulation des sorties pour les élèves pourrait aussi avoir des conséquences dans le domaine du transport scolaire.

« À date, on l'a pas trop senti, dit le vice-président du Groupe Gaudreault, Guy Sirois. Règle générale, en début d'année, il y a un peu moins de sorties, mais [...] si les moyens de pression perdurent et [...]qu'ils [annulent] les voyages et tout, on va avoir les conséquences, c'est sûr. »

D'après les informations de Pierre Marceau.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine