Retour

Mur effondré à Trois-Rivières : les locataires doivent encore attendre

À Trois-Rivières, les locataires de l'immeuble de huit logements dont un mur s'est, en partie, effondré, devront attendre encore avant de pouvoir réïntégrer leurs appartements. Ils ne pourront le faire avant que les travaux de réparation soient complétés.

Lundi, un ingénieur de la Ville de Trois-Rivières s'est rendu sur les lieux afin d'évaluer la situation. Une fois les travaux terminés, il devra inspecter de nouveau l'immeuble avant de donner le feu vert au retour des résidents.

L'effondrement s'est produit vendredi. Les locataires ont aussitôt été évacués. Ils n'ont pas été autorisés à retourner chercher des effets personnels.

« C'est beaucoup beaucoup de colère... Moi, j'ai une petite fille de 8 mois. C'est du couraillage d'un bord et de l'autre. J'aimerais ça avoir les affaires de ma fille mais je ne suis pas capable de rentrer. C'est désespérant », affirme Sarah Leblanc-Lévesque, une des locataires.

« Depuis vendredi qu'on est réfugié avec la Croix-Rouge. Elle payait l'hôtel mais jusqu'à midi aujourd'hui. Là, on est dans la rue carrément à partir de midi on ne sait même pas où aller on ne sait même pas si on va pouvoir aller chercher des choses. On n'a rien. On a deux chandails et mon chum est en gougounes », témoigne Sarah Tessier, une autre locataire.

Le propriétaie de l'immeuble, Jean-Michel Perron, se défend d'avoir été négligent. L'effondrement est survenu alors qu'une équipe qu'il avait embauchée s'affairait à démanteler le mur de brique, en mauvais état, à l'aide d'une grue. « Il n'y a personne qui veut ça un mur qui tombe et ce bloc-là ça ne fait pas 10 ans que je l'ai ça fait six mois. En dedans on a tout refait au complet. On va s'assurer de refaire la brique. Le contrat c'était déjà prévu d'avance. »

Si le propriétaire se fait rassurant, pour plusieurs locataires l'effondrement d'une partie du mur est la goutte qui fait déborder le vase. « Si j'écoute mon propriétaire, il n'y a pas de danger. Pour lui, tout est banal. Mais on ne peut pas rentrer », dit Suzie Langlois.

« Il y a eu une fissure qui s'est faite et j'ai eu un dégât d'eau et ça ne s'est jamais réparé. C'est sûr et certain que dès que je ramasse mes affaires moi je m'en vais », renchérit Sarah Leblanc-Lévesque.

Avec les informations d'Amélie Desmarais

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine