Retour

Négociations avec Québec : les enseignants se mobiliseront au Festival western de Saint-Tite

Environ 1500 enseignants et 300 membres du personnel de soutien scolaire de partout au Québec se rendront au Festival western de Saint-Tite, ce dimanche, afin de tenir une activité de visibilité dans le cadre de leurs négociations avec le gouvernement provincial pour le renouvellement de leur convention collective.

Un texte d'Alexandre Duval

La Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE) assure que l'objectif du rassemblement n'est ni de faire une manifestation, ni de perturber les festivités de quelque façon que ce soit.

« On est présent, festif, mais on ne dérangera pas le déroulement de l'événement, explique l'attachée de presse de la FSE, Sylvie Lemieux. On veut se rendre visible pour faire connaître nos revendications. »

Une épluchette de blé d'Inde, notamment, se tiendra sur l'heure du midi. Des enseignants porteront aussi des t-shirts arborant le slogan « L'école à bout de bras », en référence aux coupes d'un milliard de dollars imposées par Québec dans le réseau de l'éducation au cours des cinq dernières années.

Faire connaître la situation du milieu scolaire

Plusieurs syndicats d'enseignement de la Mauricie et du Centre-du-Québec devraient être représentés à cette activité de visibilité. Au nombre de ceux-ci se trouve le Syndicat de l'enseignement des Vieilles-Forges, à la Commission scolaire du Chemin-du-Roy.

La présidente du Syndicat, Claudia Cousin, affirme qu'il est nécessaire que la population sache que les enseignants sont actuellement engagés dans des négociations qui n'aboutissent pas avec Québec.

La convention collective des employés des secteurs public et parapublic, au Québec, est venue à échéance en mars dernier. Depuis, le gouvernement et ses employés ne sont toujours pas parvenus à s'entendre sur les termes d'une nouvelle convention collective.

Face à cette impasse, le Front commun, qui regroupe 400 000 employés des secteurs public et parapublic, a récemment lancé des consultations dans les assemblées de ses syndicats membres, qui doivent se prononcer sur un mandat de grève.

Le Syndicat de l'enseignement des Vieilles-Forges doit d'ailleurs se prononcer le 21 septembre sur ce mandat de 6 journées de grève rotatives.

Plus d'articles

Commentaires