Retour

Nombre record de Québécois aux Championnats du monde de BMX 2017

Près de 80 Québécois participent cette année aux Championnats du monde de BMX alors qu'habituellement, la présence québécoise au sein de l'équipe canadienne est presque toujours nulle. La tenue de l'événement en Caroline du Sud y est pour quelque chose, selon la Fédération québécoise des sports cyclistes (FQSC). Malgré les 17 heures de route à faire pour s'y rendre, Rockhill est une destination très accessible.

Un texte de Marie-Pier Bouchard

C’est la première fois que les athlètes sélectionnés par Cyclisme Canada acceptent l’invitation en aussi grand nombre.

Pour la Fédération québécoise des sports cyclistes (FQSC), il n’y a pas de doute que la proximité de l’événement cette année favorise cette forte présence québécoise.

En tout, 3300 coureurs provenant de 45 pays sont attendus à Rockhill entre le 26 et le 30 juillet. Parmi eux, près de 80 Québécois âgés de 5 à 49 ans.

Des départs plus hauts et des obstacles impressionnants ; il n’y a aucune piste de cette envergure au Québec.

« Ça ne me stress pas vraiment, mais je sais que ça va être un bon défi », lance Derreck Senneville.

Du haut de ses sept ans, Derreck s'entraîne en vue de cette compétition internationale après avoir été sélectionné par Cyclisme Canada.

Il a commencé à fréquenter la piste de BMX à l'âge de trois ans avec son vélo à quatre roues.

La participation de Derreck aux Championnats du monde de BMX est devenue un projet de famille.

Plus populaire en Mauricie

Près du tiers des participants québécois à la présentation 2017 des Championnats du monde de BMX viennent de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

« En Mauricie, il y a trois belles pistes qui sont bien implantées et ça, ça aide au développement du sport », explique Sylvain Beaudoin de la FQSC.

Dans le plus récent rapport d’activités de l’organisation, c’est d’ailleurs en Mauricie qu’il y a le plus grand nombre de coureurs.

La popularité du BMX est en constante augmentation dans l’ensemble du Québec depuis 2008.

En huit ans, le nombre de membres du secteur BMX à la FQSC a grimpé de 34 % et plus des trois quarts des membres sont âgés de 2 à 13 ans.

Une hausse fort probablement influencée par la présentation de ce sport cycliste extrême aux Jeux olympiques et aux Jeux du Québec depuis quelques années selon l'organisation.

Assez de protection?

Le BMX est entré dans la catégorie des sports extrêmes et les chutes sont fréquentes.

La hausse de la popularité du BMX entraîne la multiplication du nombre de coureurs sur les pistes et soulève des questions chez certains parents quant à la protection.

Chaque compétition est le théâtre d'au moins un transport en ambulance.

Nouveauté cette année, la Fédération québécoise des sports cyclistes demande aux clubs de répertorier le nombre d'accidents ainsi que les types de blessures afin de revoir la configuration de certaines pistes.

Il n'est cependant pas question, du moins pour l'instant, de revoir à la hausse les exigences d'équipement, mentionne Sylvain Beaudoin de la FQSC.

Rien ne laisse croire à l'organisation que les coureurs ne sont pas suffisamment protégés.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine