Retour

Nouveau c.a. du CIUSSS : les syndicats sont préoccupés

Les professionnels de la santé attendent avec impatience le dévoilement du nouveau conseil d'administration du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS-MCQ).

Le ministère de la Santé devait annoncer mercredi les noms des dix membres indépendants qui siègeront sur le conseil d'administration de la nouvelle structure mise en place le 1er avril.

La porte-parole du ministère affirme que l'annonce est imminente, mais pourrait devoir attendre encore un peu. 

C'est le ministre de la Santé Gaétan Barrette qui a choisi les membres du nouveau conseil.

Le conseil d'administration du CIUSSS comptera au total près de vingt membres et six d'entre eux ont déjà été nommés.

Les syndicats sont inquiets

La présidente du Syndicat des infirmières, inhalothérapeutes et infirmières auxiliaires du Cœur-du-Québec (SIIIACQ), Andrée Guillemette, espère que le conseil d'administration ne sera pas composé uniquement de proches du Parti libéral du Québec.

« Déjà que les négociations ne sont pas faciles au niveau national, si en plus on a de la difficulté au niveau régional, ça va être une partie qui ne sera pas de plaisir », croit Andrée Guillemette.

La présidente du Syndicat des professionnels en soins du CSSS de l'Énergie, Nancy Fortin, appréhende, elle aussi, les nominations du nouveau conseil d'administration. Ses membres craignent d'être moins bien représentés au sein de la direction.

« C'est sûr qu'on a quelques craintes dues à la centralisation de tout ça. Ça va limiter l'accès aux soins pour plusieurs personnes selon nous », ajoute madame Fortin. Le CIUSSS-MCQ regroupe treize établissements.

Depuis le 1er avril, le Centre de réadaptation en déficience intellectuelle et en troubles envahissants du développement, les Centres jeunesse, le Centre de réadaptation en dépendance Domrémy et le Centre de réadaptation en déficience physique InterVal se trouvent aussi sous la férule du CIUSSS-MCQ. 

La présidente du Syndicat des travailleurs des Centres jeunesse, Manon Hamel, croit que ces organismes pourraient être sous-représentés dans une structure dominée par les professionnels de la santé.

« On avait avant un conseil d'administration qui durait environ trois heures où on parlait seulement de la jeunesse, alors que là on va se ramasser dans un conseil d'administration où on va parler de tous les établissements », affirme madame Hamel.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine