Retour

Olymel recherche toujours plus de 250 employés pour son usine de Yamachiche

Alors que le projet d'agrandissement de 110 millions de dollars de l'usine d'Olymel à Yamachiche respecte actuellement les échéanciers, l'entreprise doit encore recruter 250 employés sur les 314 nécessaires pour faire fonctionner cette usine. Le défi est de taille dans un contexte de plein emploi.

Un texte de Catherine Bouchard

Une première partie du bâtiment neuf a été mise en fonction mardi. Il y aura désormais 10 quais d'expédition plutôt que 6. Les travaux permettront de doubler la capacité de production de l'usine.

Olymel doit toutefois toujours recruter plus de 250 nouveaux employés. Jusqu'ici, la compagnie a réussi à en embaucher une soixantaine. Toutes les manières sont bonnes pour réussir à attirer du sang neuf. L'entreprise a évidemment recours à des campagnes traditionnelles, mais elle tente aussi de recruter sur les réseaux sociaux. Elle encourage même ses employés à lui référer des connaissances.

« On a un programme de référencement à l'interne qu'on appelle Profil. Ça permet à des employés de chez nous de nous référer trois collègues ou un ou deux ou trois et quand ils nous en trouvent trois, ils peuvent aller chercher jusqu'à 1500 $. C'est d'ailleurs, dans plusieurs de nos usines, la deuxième meilleure source de recrutement », souligne le vice-président aux ressources humaines d'Olymel, Louis Banville.

Des travailleurs mauriciens

Au moins 70 % des travailleurs recrutés devraient provenir de la Mauricie. Olymel offrira un service de navettes vers Shawinigan et Trois-Rivières comme incitatif.

« À notre usine de Saint-Esprit, dans Lanaudière, où on a aussi investi, on a engagé 355 personnes. Les études démographiques de la région nous permettent de penser que dans un rayon de 50 kilomètres autour de l'établissement, on pourra aller chercher autour de 70 % du recrutement », affirme M. Banville.

Jusqu'à 10 % des effectifs pourraient être recrutés par le biais du programme des travailleurs étrangers. La part d'effectifs toujours manquante sera recrutée dans la métropole, toujours selon Olymel.

Le salaire d'entrée à l'usine ATrahan, une division d'Olymel, est de 14,18 $ de l'heure. L'entreprise a signé une convention collective avec ses employés jusqu'en 2029 et n'a pas, pour l'instant, l'intention d'augmenter les salaires. M. Banville indique toutefois avoir une excellente collaboration du syndicat et ne pas exclure cette option si elle s'avère nécessaire.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Bataille entre un criquet et une guêpe: qui gagnera?





Rabais de la semaine