Retour

Opposition au projet de Nemaska Lithium à Shawinigan : Nancy Déziel préoccupée

Nancy Déziel, conseillère municipale du district de la Rivière à la Ville de Shawinigan, estime que les citoyens du secteur Grand-Mère qui s'opposent au projet de la compagnie Nemaska Lithium dans les installations de l'ancienne usine Laurentide ont une méconnaissance du dossier.

« Je trouve ça préoccupant autant pour ce projet que pour la visibilité de Shawinigan face à d'autres investisseurs. On travaille fort pour aller chercher des emplois, a-t-elle lancé d'emblée en entrevue à l'émission Chez nous le matin.

Selon Nancy Déziel, les gens qui ont fait du porte-à-porte ont fait circuler de fausses informations relativement au projet. « C'est de la désinformation. Toutes leurs affirmations étaient fausses, affirme-t-elle. Il ne s'agit pas d'une fonderie comme l'ont affirmé certains opposants ».

Le projet d'usine de production d'hydroxyde et de carbonate de lithium a été élaboré en collaboration avec le Centre national en électrochimie et en technologie environnementales (CNETE), dirigé par Nancy Déziel. « Ce procédé utilise moins d'énergie, moins de gaz à effet de serre. C'est une technologie verte », dit-elle, tentant de rassurer les citoyens qui s'inquiètent de la venue de l'entreprise.

Position de la Chambre de commerce et d'industrie

La Chambre de commerce et d'industrie de Shawinigan ajoute sa voix qui va dans le même sens que celle de Nancy Déziel.. L'organisme s'indigne de ce qu'il qualifie de désinformation de la part de certains opposants au projet.

La Chambre de commerce et d'industrie souhaite que ce projet se concrétise puisqu'elle estime qu'il est essentiel à la relance économique de Shawinigan.

Un registre le 1er février

Un changement de zonage est nécessaire pour que Nemaska Lithium puisse aménager son usine sur le site de l'ancienne usine Laurentide.

Devant l'opposition, la Ville de Shawinigan tiendra un registre concernant ce projet le 1er février, entre 9 h et 19 h, à l'hôtel de ville. Si 68 citoyens le signent, elle devra organiser un référendum.

Nancy Déziel se dit convaincue que les citoyens feront le bon choix. « Je pense que 99,9 % des gens veulent avoir de la job, veulent que leur ville aille bien, et ils vont se prononcer dans le bon sens », conclut-elle.

Le projet de Nemaska Lithium, évalué à environ 300 millions de dollars, pourrait créer jusqu'à 120 emplois, selon l'entreprise.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine