Retour

Parc Éco-Nature : jour de référendum à Bastican

La population de Bastican est appelée à trancher, ce dimanche, dans le dossier du parc Éco-Nature. Ce projet de la mairie, qui vise à créer un parc public le long de la plage de Batiscan, a divisé les résidents de la municipalité jusqu'à maintenant.

Un texte d'Alexandre Duval

Au milieu de l'avant-midi, des résidents faisaient déjà la file aux portes du centre communautaire afin de voter au référendum organisé sur la question du parc Éco-Nature. Le vote se poursuit jusqu'à 20 heures.

La mairesse Sonya Auclair souhaite mettre de l'ordre sur 1,5 kilomètre de plage le long du fleuve Saint-Laurent. Le projet prévoit l'achat de la bande de sable qui longe le fleuve du quai municipal jusqu'au au pont de la rivière Batiscan, afin de la rendre accessible au public.

Selon la mairie, la création de ce parc servirait de levier économique pour la municipalité en plus de contrôler la présence de fêtards aux abords du fleuve. Sonya Auclair mène ce projet à bout de bras depuis les élections municipales de 2013.

Les propriétaires craignent une dévaluation

Le projet se bute toutefois à la résistance de plusieurs résidents puisqu'il enjambe 32 maisons riveraines.

« On n'est pas intéressé à ce que la municipalité prenne possession du bord de la plage, dit Langis Vézina, un résident [...] On voudrait avoir la paix comme on l'a depuis qu'on a acheté. Moi j'ai mis mon argent là-dessus. Comprenez-vous? »

Les propriétaires craignent que la création du parc entraîne une dévaluation de leur maison de l'ordre de 20 %. La mairie rejette toutefois cet argument, soulignant que la plage est fréquentée depuis 50 ans et qu'il est nécessaire d'y assurer un certain niveau de sécurité.

Les autres résidents divisés

Les résidents de Batiscan dont la maison n'est pas située dans le secteur visé par le projet Éco-Nature ne sont pas tous du même avis. Jocelyn Magnier estime qu'il n'a pas à payer pour que la municipalité achète une bande de terre à laquelle il peut déjà accéder.

« J'ai tout le temps resté à Batiscan et il n'y a jamais personne qui m'a empêché d'aller sur la plage, fait que je ne vois pas pourquoi [il faudrait] faire ça! »

Martin Dussault, lui, adhère à l'argument économique de la mairesse. « Il n'y a rien ici. Si ça peut faire marcher un peu plus le village, je suis pour ça à 100 %. C'est une excellente idée pour le développement de la municipalité et pour les générations futures. »

Les résidents de Batiscan ont pu faire part de leurs appréhensions par rapport au projet lors d'une rencontre d'information tenue le 15 septembre dernier.

Un vote par anticipation en vue du référendum de ce dimanche a eu lieu le 20 septembre.

D'après les informations d'Amélie Desmarais.

Plus d'articles

Commentaires