Retour

Pas d’avancées, mais de l’argent pour les syndiqués d’ABI

Le dossier du lock-out de l'Aluminerie de Bécancour (ABI) est au point mort. Le syndicat et l'employeur ne sont toujours pas retournés à la table des négociations et les syndiqués ne s'attendent plus à un règlement rapide.

Un texte de Jérôme Roy

Pourtant, après avoir rencontré la ministre responsable du Travail Dominique Vien il y a près de deux semaines, ABI et les Métallos s’étaient engagés à reprendre le processus de négociation devant un médiateur.

Les syndiqués rencontrés sur la ligne de piquetage, mardi, ne sont pas surpris.

Un don en guise de solidarité

Au cours de la journée de mardi, les syndiqués de l’ABI ont reçu un coup de pouce provenant de confrères syndiqués. Les 400 travailleurs de l’entreprise Micro Bird, de Drummondville, leur ont remis une somme de 3000 $, en plus de s’engager à leur verser 1000 $ par semaine.

Des signes d’impatience

Tout juste avant l’annonce, des syndiqués ont bloqué la sortie à un homme, qui cherchait à sortir du terrain de l’aluminerie. Pendant de longues minutes, l’homme, qu’on présume être un cadre, a dû se contenter d’avancer centimètre par centimètre au volant de son véhicule.

La scène a pris fin au moment précis où les policiers de la Sûreté du Québec arrivaient sur les lieux.

Plus d'articles