Armande Brouillette, 85 ans, conduit depuis l'âge de 20 ans. Dès le 18 septembre prochain, la Shawiniganaise pourrait devoir laisser sa voiture dans son garage. La Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) exige qu'elle passe un examen médical attestant qu'elle est toujours apte à conduire. Or, elle est sans médecin de famille. 

Un texte de Marie-Eve Cousineau

Armande Brouillette avait accès à un médecin de famille dans la résidence pour personnes âgées où elle habitait, à Saint-Hyacinthe, avant de revenir dans ses terres, à Shawinigan, en décembre 2013. Depuis, elle est une patiente orpheline. En Mauricie et au Centre-du-Québec, plus de 30 000 patients sont sans médecin de famille.

La veuve, qui vit seule de façon autonome, s'est inscrite récemment à un guichet d'accès pour la clientèle orpheline. Elle dit avoir tenté de trouver un médecin en clinique, en vain. En désespoir de cause, Armande Brouillette a écrit une lettre publiée dans les médias vendredi. 

À la clinique privée XO2, à Trois-Rivières, une consultation et un rapport médical pour la SAAQ coûtent 200 $.

Un examen médical après 75 ans

La SAAQ exige des conducteurs qu'ils passent un examen médical six mois avant d'atteindre l'âge de 75 ans et de 80 ans. À partir de 82 ans, l'évaluation se fait tous les 2 ans. Les automobilistes disposent de 90 jours pour transmettre le formulaire d'examen médical à la SAAQ. 

En 2014, 122 518 automobilistes de 75 ans et plus ont dû passer un examen médical à la demande de la SAAQ. Leur nombre a augmenté de 25 % depuis 2011.

Armande Brouillette croit que ces bilans de santé sont « une bonne chose ». Elle pense toutefois que le gouvernement doit trouver des moyens de faciliter la vie des automobilistes âgés sans médecin de famille.

Contactée à ce sujet, la SAAQ souligne que lorsqu'un client sans médecin de famille éprouve des « difficultés à trouver un endroit pour faire remplir son formulaire, un délai supplémentaire peut lui être accordé ». Il est aussi possible, selon la SAAQ, d'autoriser l'automobiliste à obtenir un examen de la part d'un médecin spécialiste, comme un cardiologue.

Le CIUSSS Mauricie-Centre-du-Québec, quant à lui, conseille à Armande Brouillette de se présenter à une clinique sans rendez-vous.

Armande Brouillette se dit prête à entreprendre ces démarches pour conserver son permis de conduire. Son autonomie en dépend. Elle doit utiliser sa voiture pour se rendre à l'épicerie et faire des courses. 

Plus d'articles

Commentaires