Retour

Pédaler pour mieux apprendre dans une école de Trois-Rivières

L'école primaire du Bois-Joli, à Trois-Rivières, souhaite équiper chacune de ses classes d'un vélo stationnaire d'ici septembre.

L'école ne possède actuellement qu'un vélo, que les élèves peuvent utiliser lorsqu'ils ont un trop plein d'énergie.

« Ça m'aide à me calmer. Parce que des fois il y a du travail et moi j'ai beaucoup d'énergie. Donc j'y vais souvent et ça m'aide à me calmer », dit Henri, un élève.

« Souvent, dans les choses de français, parce que je n'aime pas le français, là ça me choque. Je vais faire du vélo puis après je suis capable de travailler correct dans le français », renchérit Xavier, un autre élève.

L'enseignante Marie-Josée Roy observe l'utilité du vélo stationnaire. « Tous les jours, le vélo est utilisé. Souvent, c'est à la demande des élèves, parfois c'est moi qui le propose aussi, mais les élèves sont toujours heureux et contents de les utiliser parce qu'ils constatent que les effets sont bénéfiques. »

Environ cinq minutes suffisent pour retrouver le calme et la concentration nécessaires en classe. « Souvent, on va mettre un temps limite. Mais il y a d'autres enfants qui ont besoin d'aller au-delà de cette limite de temps pour dépenser leur énergie », explique Marilyn Paradis, éducatrice spécialisée depuis huit ans

L'automne prochain, le directeur, Jonathan Bradley, aimerait que chacune des classes de son école ait un vélo. « On opte présentement pour le projet vélo parce qu'on va pouvoir s'en servir dans plusieurs autres projets. Par exemple, si on veut traverser le Canada en vélo, chacun va pouvoir faire son bout de chemin. »

Le projet demande plusieurs milliers de dollars d'investissements. Les cinq membres de l'équipe trifluvienne 100% filles du Grand défi Pierre Lavoie leur remettront l'argent qu'elles auront amassé cette année. Elles espèrent récolter entre 6000$ et 10 000$.

Plus d'articles

Commentaires