Retour

Pénurie de médecins à Saint-Léonard-d'Aston : les efforts de recrutement vont s'accentuer

Les efforts déployés et les demandes d'aide répétées au cours des dernières semaines n'ont pas permis d'attirer de nouveaux médecins à la clinique médicale de Saint-Léonard-d'Aston, au Centre-du-Québec. La Coop de solidarité Jean-Pierre Despins doit accentuer les efforts pour recruter trois nouveaux médecins afin de désservir adéquatement ses 9000 patients, dont 1400 sont toujours orphelins.

Un texte de Marilyn Marceau

Réunis lundi soir, les membres du conseil d'administration de la Fondation Jean-Pierre Despins, qui appuie le centre de santé dans ses démarches, ont adopté une nouvelle stratégie pour les trois prochains mois.

L'organisation va notamment être présente dans les salons de recrutement destinés aux finissants en médecine de diverses universités de la province.

Un documentaire de 25 minutes a aussi été réalisé et servira d’outil pour présenter la Coop aux finissants.

Au cours des derniers mois, la Fondation a rendu disponible une bourse pour les médecins qui s'engageraient à venir y travailler durant au moins trois ans et un avis de recherche a été affiché à l'entrée de la municipalité, mais aucun candidat ne s'est manifesté.

Devant l'urgence de la situation, le président, René Bérubé, avait exploré l’idée que le Centre intégré universitaire de santé et des services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSSMCQ) lui fournisse un médecin et il a sollicité l'aide du ministre de la Santé.

M. Bérubé affirme ne pas avoir de nouvelles de ces démarches.

C'est un « service essentiel », selon le maire

La Municipalité a annoncé un don de 10 000$ à la Fondation pour aider la Coop de solidarité Jean-Pierre Despins à couvrir ses frais d’exploitation malgré le départ de médecins et pour l’aider avec le recrutement.

Le maire de Saint-Léonard-d’Aston, Daniel Coutu, affirme que la Coop est très importante pour la population. C’est un« service essentiel », dit-il.

La clinique a perdu deux médecins au cours des derniers mois et les quatres qui restent doivent mettre les bouchées doubles, afin de combler ce manque. « Ils sont optimistes qu’on ait du renfort en 2018, à l’automne », a expliqué le président de la Fondation médicale Jean Pierre Despins, René Bérubé, en entrevue à Facteur matinal.

La Coop de solidarité mise aussi sur l'équipement de la clinique où une salle d’urgence ainsi qu’une salle de chirurgie ont été aménagées afin de faciliter le travail des médecins.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine