Retour

Pénurie de préposés aux bénéficiaires : des jeunes comme piste de solution

Devant le manque criant de préposés aux bénéficiaires, le président de la Fondation Sunny D. Extrême croit que les jeunes bénévoles de son organisme représentent une partie de la solution.

L’organisme recrute des adolescents âgés de 12 à 17 ans pour travailler dans des résidences pour personnes âgées l’été afin de briser l’isolement des aînés.

Les bénévoles sont présents dans sept municipalités de la Mauricie et du Centre-du-Québec. L’été dernier, 142 jeunes y ont participé et depuis 5 ans, plus de 400 ont fait le programme.

Alain Desbiens estime que ces jeunes pourraient devenir de bons préposés aux bénéficiaires, puisqu’ils aiment cette clientèle.

Il croit aussi que les autorités de la santé auraient intérêt à leur proposer des incitatifs et des formations.

« On ne veut pas être la solution, mais une partie de la solution, dit-il. Si déjà en Mauricie, on a des jeunes comme ça, ça vaudrait la peine de s’en servir. […] Ce sont des gens avec le cœur sur la main. »

Un soutien qui se fait attendre

Le syndicat qui représente les préposés aux bénéficiaires du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) estime qu'il en manque 300 sur le territoire.

Le représentant Claude Audy croit que le projet Sunny Action est une piste de solution intéressante, mais apporte toutefois un bémol.

Il souligne que tant que les jeunes n’auront pas 18 ans et n'auront pas suivi la formation de préposé aux bénéficiaires, ils ne pourront pas prêter main-forte aux travailleurs qui sont à bout de souffle.

Les autorités de la santé pensent aussi que le projet Sunny Action de la Fondation peut être un incitatif pour les jeunes à choisir une carrière dans le domaine de la santé.

Le projet a d'abord été mis en place dans trois CHSLD, mais il est maintenant implanté dans 17 établissements de santé du territoire.

Plus d'articles