Retour

Pétition et rassemblement pour réclamer la fin du lock-out à l’UQTR

Des professeurs et des étudiants de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) somment la direction de mettre fin au lock-out décrété mercredi dernier. Une pétition a été lancée en ligne et une manifestation a rassemblé des centaines de personnes sur le campus de l'UQTR lundi.

« Il y a des colloques qui sont annulés, il y a des contrats de recherche aussi qu'on ne sait pas ce qui va se passer. Il y a des étudiants qui ont besoin de cet argent-là pour payer leurs factures, leur épicerie, pour manger, pour nourrir leurs enfants », déplore Valérie Deschamps, étudiante à l'UQTR et organisatrice de la manifestation.

Une professeure présente au rassemblement, Vivane Gascon, est contente de voir l'appui des étudiants. « Ça nous donne un peu de baume sur notre coeur et ça montre l'importance que les gens accordent au lock-out, dit-elle. Je trouve ça vraiment injuste pour eux et on se sent impuissant parce que ce n'est pas nous qui avons choisi ça. »

Sur place, les manifestants pouvaient signer une lettre dénonçant l'impact du lock-out qui a été remise au bureau du recteur. Environ 350 personnes l'ont signée.

Des milliers de signataires en ligne

Près de 2500 personnes ont déjà signé la pétition mise en ligne vendredi sur le site change.org.

Les signataires réclament « la fin du lock-out à l’UQTR et la reprise de négociations normales ».

Les auteurs de la pétition invitent les signataires à laisser un commentaire pour expliquer quelles conséquences le lock-out a dans leur vie personnelle.

Ils souhaitent réaffirmer leur insatisfaction concernant la mise en lock-out des professeurs de l'UQTR.

Les négociations se poursuivent

Pendant ce temps, le blitz de négociations entamé vendredi à Québec se poursuit entre la direction et le syndicat des professeurs de l'UQTR.

Les parties ne feront aucun commentaire tant que le processus sera en cours.

Plus d'articles