Retour

Première lutte à la mairie en 34 ans à Saint-Rosaire

Sans opposition depuis plus d'un quart d'un siècle, la petite municipalité de Saint-Rosaire sera cette année le théâtre d'une lutte à la mairie. Marc-André Gauthier, un jeune agriculteur, souhaite ravir le siège du premier magistrat sortant, Harold Poisson.

« J'ai décidé de devenir maire parce qu'il n'y a jamais d'opposition! », lâche-t-il, tout simplement. Selon l'agriculteur de 38 ans, la démocratie fait défaut dans cette petite municipalité du Centre-du-Québec.

« C'est 34 ans à Saint-Rosaire sans opposition! Je me suis dit qu'il est temps que les choses changent. Il y a de plus en plus de jeunes familles ici et on commence à être endettés avec les dépenses de M. Harold Poisson », soutient-il.

Selon Marc-André Gauthier, certains projets initiés dans la communauté d'à peine 1000 résidents sont questionnables, dont le centre multifonctionnel et la patinoire extérieure.

Un bilan à défendre

Le maire sortant assure pourtant que les finances de Saint-Rosaire sont en bonne santé. Il soutient que la dette s'élève à 2 millions de dollars et qu'il s'agit d'un montant raisonnable.

Les projets réalisés ces dernières années l'ont été avec le soutien des gouvernements et des partenaires privés et ils n'avaient qu'un seul but : redonner vie à une municipalité en déclin, poursuit-il.

Et quant à cette première opposition depuis son arrivée en poste il y a 10 ans, M. Poisson l'accueille favorablement.

« C'est la démocratie. Les gens en politique municipale on n'en aura jamais trop qui veulent s'impliquer. Je trouve que c'est une bonne affaire et c'est bien correct », assure-t-il.

Chose certaine, le résultat des élections du 5 novembre prochain sera sans doute parmi les plus suivis des trois dernières décennies.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine