Retour

Près d'un demi-million de dollars au 58e Téléthon Le Noël du Pauvre

Le 58e Téléthon Le Noël du Pauvre a permis d'amasser 485 530 dollars. Cet argent sera redistribué à des gens qui en ont besoin en Mauricie et au Centre-du-Québec.

La générosité des citoyens a une fois de plus été au rendez-vous. Ce Téléthon a même permis d'amasser presqu'autant d'argent que l'an dernier.

La salle J.-Antonio-Thompson à Trois-Rivières, qui compte quelque 1000 sièges, était remplie durant les sept heures qu'a duré le spectacle. Tour à tour, les dizaines d'organismes, citoyens et écoles qui avaient organisé des activités de financement pour le Noël du Pauvre sont venus présenter le fruit de leurs efforts.

Des chansons et de l'émotion

Une cinquantaine d'artistes ont aussi foulé les planches de la scène, dont Annie Villeneuve qui a eu l'honneur de briser la glace en chantant Tant qu'il y aura des enfants, au grand plaisir des spectateurs

L'animatrice du Téléjournal Mauricie/Centre-du-Québec Sophie Bernier, qui était la barre du Téléthon du Noël du Pauvre pour la toute première fois, a rappelé d'entrée de jeu que même s'il s'agit d'une soirée festive « il ne faut surtout pas oublier que c'est pour venir en aide à 4 600 personnes pour qui Noël est une période difficile ».

Claude Dubois a pris le temps de venir participer au Noël du Pauvre et ce, moins de deux semaines après avoir annoncé qu'il souffre d'un cancer de la moelle osseuse. L'auteur-compositeur-interprète en était à sa première apparition à ce téléthon. Il n'a pas hésité à accepter l'invitation.

C’est une cause qui me rappelle mon enfance. Quand j’étais tout petit, mon père faisait des paniers pour les gens qui en avaient besoin.

Claude Dubois, chanteur

L'auteur-compositeur-interprète a été accueilli très chaleureusement par le public.

Plusieurs artistes, comme Mario Pelchat, ont pris le temps de répondre au téléphone pour recueillir les dons des citoyens.

Le coeur sur la main

Le 58e Téléthon a été marqué par le début d'une nouvelle tradition, initiée par les jeunes de l'École secondaire les Pionniers, à Trois-Rivières, et les deux animateurs qui les accompagnaient, la journaliste Marie-Claude Julien et le directeur des radios de Cogeco Media en Mauricie, Daniel Brouillette.

Les gens ont été invités à dessiner un coeur sur leur main, pour illustrer la création d'un sixième sens, « le sens du coeur », comme l'a expliqué Daniel Brouillette. Ce sixième sens, c'est « celui qu'on ressent quand il faut avoir le coeur sur la main », a-t-il ajouté.

Avec la collaboration d'Amélie Desmarais

Plus d'articles

Commentaires