Retour

Procès à Trois-Rivières : un deuxième policier évoque le stress lié à l'arrestation de Vadeboncoeur

Comme l'avait fait auparavant le policier Marc-André St-Amant, Dominic Pronovost a lui aussi expliqué son haut niveau de stress lié à l'arrestation d'Alexis Vadeboncoeur en février 2013, lors de la 14e journée du procès des quatre policiers à Trois-Rivières.

Le deuxième accusé à témoigner a affirmé avoir ressenti de la peur. Dominic Pronovost a expliqué qu'au moment où il est arrivé, le suspect tenait toujours son arme. Il a décidé de s'approcher de Vadeboncoeur quand ce dernier a jeté son arme et a mis ses bras en croix.

Sur la vidéo de surveillance, on voit l'agent Pronovost s'approcher et le premier geste qu'il semble poser c'est de porter un coup avec son pied à l'épaule ou à la tête de Vadeboncoeur. Ce qu'a nié Dominic Pronovost malgré l'insistance de la procureure de la poursuite.

Ce n'est que quelques secondes plus tard qu'il admet avoir frappé Vadeboncoeur. Sur les images on peut voir que l'agent Pronovost au moment où il frappe l'épaule de Vadeboncoeur pour soi-disant le forcer à dégager son bras, il a son arme à la main.

Il a soutenu devant le tribunal ne pas avoir frappé avec son arme, mais bien avec son poignet.

À savoir pourquoi il avait frappé le suspect, Dominic Pronovost a dit que Vadeboncoeur cachait ses bras sous son corps et qu'il voulait faire une diversion en frappant.

Par ailleurs, contrairement à ce qu'Alexis Vadeboncoeur avait révélé au tribunal, l'agent Pronovost affirme n'avoir jamais touché aux parties génitales du suspect au moment de la fouille.

Il admet avoir demandé si la vidéo de surveillance pouvait s'effacer simplement pour connaître le délai que les policiers avaient pour saisir l'enregistrement.

Ce n'est que le lendemain que l'agent Pronovost a achevé son rapport. Il l'a fait en compagnie de l'agent Kaven Deslauriers dans la cafétéria du poste de police en écoutant le Super Bowl à la télévision.

Il a expliqué avoir inversé trois phrases dans le rapport étant donné la tenue du match de football qui aurait diminué sa concentration.

Nulle part dans le rapport du policier il n'est fait mention de l'existence d'une vidéo. Ce à quoi répond Pronovost qu'au moment d'écrire son rapport, il n'était question que d'un vol à main armée et qu'il ne voyait pas l'utilité d'indiquer l'existence d'une vidéo.

Dominic Pronovost a conclu son interrogatoire en affirmant que tout le monde était très heureux de l'arrestation.

Plus d'articles