Retour

Procès de l'ex-directeur du service des incendies de Warwick : l'accusé se défend

Au troisième jour du procès de l'ancien chef du Service des incendies de Warwick, Bernard Beaudet, qui avait lieu mercredi, la Couronne a affirmé que l'accusé a volé des milliers de dollars à la Ville en s'approvisionnant illégalement en carburant.

Le quinquagénaire fait face à six chefs d'accusation, dont vol, fraude, abus de confiance et usage de faux documents. Les faits qui lui sont reprochés se seraient déroulés entre 2010 et 2014. Bernard Beaudet, qui a été à la tête du Service de protection contre les incendies de Warwick pendant plus de 17 ans, a été arrêté par l'UPAC en avril 2014, après que le maire de la ville, Diego Scalzo, ait fait part de ses soupçons aux autorités.

Selon l'enquêteur de la Sûreté du Québec, Maxime Bouchard, l'accusé aurait acheté illégalement environ 14 000 $ en essence pour son véhicule personnel avec une carte de crédit de la Municipalité qui lui était interdit d'utiliser.

Le témoignage de l'enquêteur a fait suite à celui de trois employés de la station de Warwick où sont ravitaillés les véhicules du Service des incendies. Une bande vidéo a aussi été déposée au Tribunal qui montre l'accusé procédant à l'achat d'essence avec une carte de crédit de la Municipalité.

L'accusé témoigne

Appelé à la barre en après-midi par son avocat, Bernard Beaudet a soutenu que jamais la Ville ne lui avait dicté de règles précises quant à l'utilisation de cette carte. Il a également juré que les achats qu'il avait effectués avec cette carte ont tous été faits à des fins professionnelles. L'accusé a affirmé qu'il avait remboursé les achats faits à titre personnel ce que certaines preuves déposées en Cour tentent de démontrer.

Quant aux pneus achetés pour son véhicule personnel sans autorisation, Bernard Beaudet a rappelé qu'il a toujours eu l'intention de les rembourser. Concernant les horaires modifiés, il a dit qu'il faisait ça pour « augmenter sa force de frappe lors d'incendie pour essayer de respecter le schéma de couverture de risques du gouvernement du Québec. » Toutefois, il a affirmé n'avoir jamais réussi à le faire.

Le procès de Bernard Beaudet se poursuit jeudi avec les plaidoiries des parties.

Plus d'articles

Commentaires