Retour

Projet de logements sociaux pour les victimes de traumatismes crâniens à Trois-Rivières

Le conseil municipal de Trois-Rivières a voté, lundi soir, en faveur d'une subvention de 127 000 $ pour des logements sociaux pour les victimes de traumatismes crâniens. Ce serait une première dans la ville.

Un texte de Marilyn Marceau

Le projet vise la construction d'une dizaine de logements sociaux, où les victimes de traumatismes crâniens recevraient des services adaptés.

En guise de contribution, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec a accepté de céder des terrains près du Centre d'hébergement Cooke.

Le conseiller municipal Jean-François Aubin, qui est président du comité sur les logements sociaux, est ravi que ses homologues aient approuvé la demande de subvention.

Il souligne que le projet est dans l'air depuis environ 8 ans, mais que trouver des partenaires financiers prend beaucoup de temps.

D'autres subventions nécessaires

La subvention de la ville n'est cependant pas suffisante que le projet voit le jour. Il faudrait que la Fondation Martin-Matte apporte une grande contribution financière pour que le projet se concrétise, affirme le conseiller municipal. Cet organisme a été fondé par l'humoriste Martin Matte après que son frère eut subi un traumatisme crânien.

C'est l'Association des traumatisés crâniaux-cérébraux de la Mauricie et du Centre-du-Québec qui a d'abord souligné la nécessité d'avoir des logements sociaux pour les victimes de traumatismes crâniens à Trois-Rivières, explique Jean-François Aubin.

La Ville croit aussi qu'il y a un réel besoin pour ce type de logements, sans pouvoir chiffrer la demande.

Plus d'articles