Retour

Projet de loi 106 : le maire de Saint-Élie-de-Caxton au nombre des opposants

Près de 200 manifestants doivent converger vers l'Assemblée nationale du Québec mardi pour signifier leur opposition au projet de loi 106 qui permettrait, notamment, aux compagnies pétrolières et gazières d'exproprier des résidents pour développer leur industrie. Le maire de Saint-Élie-de-Caxton, en Mauricie, sera du nombre.

« C'est une loi qui m'interpelle beaucoup, c'est une loi qui est compliquée et qui n'est pas dans le sens de la liberté des gens », a expliqué le maire Réjean Audet au micro de Chez nous le matin.

Réjean Audet considère que le projet de loi 106 envisagé par Québec comporte des failles. « Ce n'est pas dans l'intérêt des gens quand, dans la loi, on mentionne qu'on peut aller jusqu'à exproprier des gens. »

Le maire de Saint-Élie-de-Caxton rapporte qu'une cinquantaine de ses concitoyens sont membres du Regroupement vigilance pour les hydrocarbures (RVHQ) et qu'il les appuie dans leurs démarches. En contrepartie, il affirme qu'aucun citoyen de sa municipalité ne l'a abordé pour lui parler de sa position favorable au projet d'oléoduc Énergie Est.

Un mouvement citoyen à écouter

Le maire Réjean Audet considère que les citoyens doivent être entendus et écoutés dans le dossier du projet d'Énergie Est. « Je pense que les citoyens ont toujours leur mot à dire. À Saint-Élie-de-Caxton, c'est ce que l'on pratique. Je pense que, quand on veut prendre les meilleures décisions dans l'intérêt de notre population, il faut les écouter. »

La municipalité de Saint-Élie-de-Caxton se trouve dans la MRC de Maskinongé, qui a récemment adopté une « neutralité responsable » dans le dossier du projet d'oléoduc d'Énergie Est.

La position du maire Audet est plus tranchée : « ce que je prône depuis le début, c'est que l'on démontre la fragilité de notre milieu et la dangerosité de l'installation d'un oléoduc dans le secteur. [...] On a fait un rapport très exhaustif, 65 recommandations ont été faites. Ce que je demande à mes collègues et à la table des maires, c'est de démontrer à l'Office national de l'énergie (ONE) [le bien-fondé] et de faire respecter ces recommandations. » 

La MRC de Maskinongé a demandé à la toute dernière minute d'intervenir lors des audiences de l'ONE. À la connaissance du maire Audet, le bureau du préfet n'a toujours pas reçu de réponse.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine