Retour

Projet Optilab : pertes d’emplois chez les technologistes médicaux à Shawinigan

Dix-neuf postes de technologistes médicaux disparaîtront de l'hôpital de Shawinigan dans les deux à cinq prochaines années, en raison de la mise en place du projet Optilab. Les analyses de partout en Mauricie et au Centre-du-Québec seront centralisées à Trois-Rivières.

Entre 60 et 70 postes seront abolis dans la région, mais le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) précise que 43 postes seront créés à Trois-Rivières.

Inquiétude des techniciens médicaux

Certains pourront aller travailler à Trois-Rivières, mais ce n’est pas une situation idéale, selon la représentante syndicale et technologiste médicale Josette Drouin.

« Aller travailler à Trois-Rivières, revenir chercher les enfants pour la fin de la garderie ou le début de la garderie, ce n’est pas évident », donne-t-elle comme exemple.

Les gens pensent changer de carrière, pensent à se réorienter, parce qu'on ne sait pas ce qui nous pend au bout du nez.

Caroline Lamarre, technicienne à l'Hôpital du Centre-de-la-Mauricie, à Shawinigan

Il risque d'y avoir des délais dans le traitement des analyses, affirme la représentante syndicale Josette Drouin.

Peu d’impact, selon la direction

Le CIUSSS MCQ estime qu’avec les départs à la retraite et les nouveaux postes, la plupart des techniciens médicaux pourront se retrouver un emploi.

Ce qu’on dit aux gens, c’est faites-nous confiance dans le projet Optilab.

Gilles Hudon, directeur des services multidisciplinaires et directeur clinico-administratif du projet Optilab

Le CIUSSS régional affirme que les patients ne verront pas la différence.

Le directeur clinico-administratif du projet Optilab, Gilles Hudon, précise que les laboratoires ne fermeront pas complètement. Ils resteront opérationnels pour des services d'urgence. Les centres de prélèvements resteront aussi en fonction dans les centres régionaux. Ce n'est que l'analyse qui sera centralisée.

Pression du maire

Le maire Michel Angers dénonce l'impact que pourrait avoir la perte de ces emplois spécialisés pour la région. Il estime qu'il s'agit d'une décision inacceptable, qui affaiblit la région au profit de la capitale régionale.

Michel Angers en a parlé au ministre de la Santé, Gaétan Barrette, ainsi qu'à la direction du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec.

D'après les informations de Camille Carpentier

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine