Pour répondre à la question : « Qu'est-ce qu'un fantasme normal? », Christian Joyal, professeur au département de psychologie de l'Université du Québec à Trois-Rivières a mené deux études et un sondage auprès de la population québécoise.

Un texte de Pierre Marceau

L'un des résultats les plus étonnants de ces recherches démontre que les hommes et les femmes âgés de 18 à 77 ans au Québec ont en majorité des fantasmes atypiques (domination/soumission, triolisme, voyeurisme) sans pour autant vouloir vivre une telle expérience.

« Une caractéristique que l'on observe chez les hommes, mais avec une plus grande prévalence chez les femmes »selon le professeur Joyal.

Les résultats de ces trois questionnaires viennent contredire la bible de la psychiatrie, le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5) lorsqu'il est question des fantasmes.

Selon le DSM-5 la déviance sexuelle intègre la notion de fantasmes atypiques sans toutefois décrire ce que ça représente concrètement.

Christian Joyal estime que « ces études serviront surtout à ceux qui croient ne pas avoir de problème, mais que la science considère qu'ils en ont. »

Les recherches de Christian Joyal se poursuivront avec l'étude des fantasmes chez les délinquants sexuels, notamment à l'Institut Pinel, mais aussi si possible, auprès des populations carcérales au Canada.

Plus d'articles

Commentaires