Retour

Quand les festivaliers surprennent les artistes

Les Trois Accords étaient de retour au Festivoix cette année, un peu exceptionnellement il faut dire.

Un texte de Josée Bourassa

C'est parce que l’an dernier, il pleuvait tellement lors de leur venue que le rendez-vous avait été un peu manqué.

« Même s’il mouillait beaucoup beaucoup, vous êtes restés. Gens de Trois-Rivières vous êtes merveilleux, on va vous faire un “show” spécial, on va remonter le temps et vous jouer nos chansons en ordre chronologique... Inverse! », a proposé le chanteur Simon Proulx

Les Trois Accords ont lancé la fête avec L’esthéticienne, Joie d’être gai et Saint-Bruno. Puis la foule, prise d’une soudaine folie, a demandé un rappel.

Simon Proulx était désarçonné : « Le rappel le plus rapide de ma carrière! »

C’était gagné. La fête du plus grand karaoké de l’histoire du Festivoix était commencée. À peu près tous les succès du groupe y sont passés.

Vous ai-je dit que ça faisait toujours étrange d’entendre une foule chanter d’une seule voix Pièce de viande?

On va s’en souvenir de ce spectacle des Trois Accords, et pour les bonnes raisons cette fois-ci.

Capturer le Coyote

C’était aussi un retour au Festivoix pour Tire le Coyote. En ce qui le concerne, sa venue remontait à 2015.

« Y’en a-t-il qui voient un show de Tire le Coyote pour la première fois? », demande Benoît Pinette, alias Coyote.

Plusieurs lèvent la main.

« Ça veut dire que ceux qui étaient là la dernière fois ne sont pas revenus », rétorque Coyote en déclenchant l’hilarité générale.

Le son plus rock de son nouvel album Désherbage en a pris plusieurs par surprise.

Deux femmes de l’assistance ont bravé le trac pour rejoindre Coyote sur scène et interpréter avec lui Chanson d’amour en Sol standard.

Encore une fois, il nous a offert ses textes forts et poignants: Tes bras comme une muraille; Confetti; Le ciel est backorder.

Dommage qu’en contexte de festival, nombreux préfèrent jaser plutôt qu’écouter. Mais Tire le Coyote peut compter sur un solide noyau de fans réactifs au quart de tour.

Il avait averti le public qu’après son tour de chant, il filait droit vers Québec pour aller voir le spectacle de son père spirituel, Neil Young.

« La dernière fois [que nous sommes venus] nous avons fait un show acoustique devant une centaine de personnes après le spectacle, ne vous attendez pas à ça ce soir... peut être l’an prochain ? »

Mais Coyote ne s’est pas fait tirer l’oreille longtemps après Chainsaw. Le public en redemandait et Tire le Coyote n’a pu résister à l’appel de sa meute.

Il a de toute évidence manqué les premières chansons de Neil Young.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les 10 meilleures destinations vacances lorsqu'on est végane





Rabais de la semaine