Retour

Quand vie politique et familiale deviennent conciliables

La décision de Pierre Karl Péladeau de quitter la politique rappelle qu'il peut être difficile de mener de front une carrière politique sans négliger la vie familiale. Jean-Pierre Jolivet a accompli cet exploit, lui qui a été député de Laviolette de 1976 à 2001.

Parents de 6 enfants et grands-parents de 10 petits-enfants, Jean-Pierre Jolivet et Nicole Fugère vivent leur retraite en amoureux et en famille depuis 15 ans.

Ils soutiennent que l'équilibre est impossible à trouver sans le soutien mutuel. Ils ne comptent plus les collègues parlementaires qui ont quitté la politique parce que la vie familiale s'écroulait.

« Que sert à l'homme de gagner son comté s'il vient à perdre sa femme », résume en toute simplicité l'épouse de l'ex-politicien.

Pour Jean-Pierre Jolivet, il était primordial de se montrer présent quand ses enfants avaient besoin de lui. « Le fait que Nicole ait été femme au foyer facilitait une partie de la gestion, mais ne réglait pas tout », dit-il.

Quitter la vie politique pour des raisons familiales

Dans les derniers mois, l'ancien chef intérimaire et leader parlementaire du Parti québécois Stéphane Bédard ainsi que le ministre fédéral de la Justice Peter MacKay ont quitté la vie politique pour des raisons familiales. 

Jean-Martin Aussant a également mis sa carrière politique en veilleuse en 2013, invoquant qu'il était incapable de mener sa carrière politique et de remplir son rôle de père.

Plus d'articles

Commentaires