Retour

Quatre femmes sur cinq sont insatisfaites de leur poids

« Si on demande à des femmes si elles aiment leur corps, on parle de 80 % d'insatisfaction corporelle », lance, pour illustrer l'étendue du problème de l'estime de soi au Québec, la professeure de psychologie à l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) et directrice par intérim de Loricorps, Marie-Pierre Gagnon-Girouard.

Un texte de Michel Saba

Alors que s'ouvre mercredi la semaine nationale de sensibilisation aux troubles alimentaires, le Loricorps de l'UQTR, l'un des plus importants laboratoires dans le domaine au Canada, en profite pour insister sur les causes, la prévention et le traitement de ce problème de santé publique.

Au Québec, on est une société qui est très axée sur l'apparence, la promotion de soi avec les médias sociaux. Cette promotion-là passe par l'image.

Marie-Pierre Gagnon-Girouard, professeure de psychologie à l'Université du Québec à Trois-Rivières et directrice par intérim de Loricorps

Les troubles alimentaires peuvent être prévenus en faisant la promotion d'une image corporelle qui est positive. « Pouvons-nous nous aimer un peu plus pour ce qu'on est et un peu moins pour ce qu'on pense qu'on devrait être? Aussi, réduire le discours par rapport au poids? », demande-t-elle.

Plus le discours est axé sur le poids et l'apparence, plus on a des chances de faire la promotion d'un trouble alimentaire. Nous voulons faire la promotion d'une bonne estime.

Marie-Pierre Gagnon-Girouard, professeure de psychologie à l'Université du Québec à Trois-Rivières et directrice par intérim de Loricorps

Les troubles alimentaires touchent plus de 300 000 Québécois.

En septembre dernier, le laboratoire de l'UQTR a lancé le premier programme d'intervention pour traiter l'anorexie, la boulimie, l'hyperphagie boulimique et d'autres troubles comme ceux du comportement alimentaire chez les sportifs.

La semaine nationale de sensibilisation aux troubles alimentaires se poursuit jusqu'au 7 février.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les glucides mettent-ils notre santé en jeu?





Rabais de la semaine