Retour

Quel rôle les médias ont-ils pu jouer dans l'attentat de Québec?

Quelle est l'influence des médias et des réseaux sociaux dans la propagation d'idées racistes? Des enseignants en sociologie et en psychologie nous ont ouvert la porte de leur classe. Réflexion.

L'enseignant en sociologie au Cégep de Trois-Rivières Dominique Comtois est catégorique. Les médias ont eu un rôle à jouer dans l'attentat au Centre islamique de Québec. Mardi, c'était le sujet abordé dans son cours.

Il faut arrêter de croire que les médias n'ont pas d'influence sur les gens.

Dominique Comtois, enseignant en sociologie au Cégep de Trois-Rivières

« CHOI Radio X par exemple, c'est la deuxième station la plus populaire à Québec. Ils tiennent un discours très populiste. Pensez-vous que ça peut influencer des gestes comme ce qui s'est passé dimanche? », demande l'enseignant.

Dominique Comtois estime que le suspect de l'attentat de Québec s'est construit un discours islamophobe à travers les médias.

D'autres hypothèses

Moins catégorique, l'enseignant en psychologie au Cégep de Trois-Rivières Luc Blanchette croit que plusieurs facteurs ont pu influencer le geste.

« Est-ce que c'est le fait d'hommes qui sont isolés, qui ont un réseau social plus fermé et plus petit vers qui ils peuvent moins se tourner pour vérifier leurs perceptions?, demande Luc Blanchette. Ça peut être un paquet de facteurs hypothétiques. C'est sûr que ces gens-là ont eu des agents d'influence. »

L'influence des médias n'est qu'une possibilité, selon lui. « Je ne veux pas dire nécessairement que ça en a eu, mais à la limite ça se pourrait que certains postes aux opinions plus extrémistes puissent avoir eu un effet », indique-t-il.

Le rôle des médias sociaux

Les médias sociaux peuvent aussi avoir joué un rôle important dans le drame, croient les deux enseignants.

Depuis l'attentat dimanche, plusieurs réfléchissent à certains discours ambiants qui pourraient conduire à la radicalisation. C'est notamment le cas de l'humoriste Louis T qui en a fait une capsule. Il y rappelle que certains groupes haineux atteignent beaucoup d'adeptes.

Les jeunes rencontrés se disent conscients du pouvoir des médias sociaux. Plusieurs soulèvent toutefois la difficulté de prévoir le passage à l'acte d'un individu.

Avec les informations de Sarah Désilets-Rousseau

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu manges du yogourt passé date?