Retour

Qui sont les spectateurs au Grand prix de Trois-Rivières?

Le Grand prix de Trois-Rivières (GP3R) a le vent dans les voiles. Selon une récente étude, l'achalandage a augmenté d'un peu plus de 50 % en trois ans, la clientèle est de plus en plus jeune et davantage de spectateurs viennent de l'extérieur. C'est donc mission accomplie pour le directeur général, Dominic Fugère, qui souhaite maintenant consolider ces acquis.

Un texte de Marie-Pier Bouchard

Quand Dominic Fugère a quitté le journalisme en novembre 2012 pour se consacrer à la direction générale du GP3R, son objectif était clair. Il voulait donner une cure de jouvence à l'événement.

Des efforts qui portent leurs fruits d'après ce que constate l'organisation.

Le ratio de jeunes 16-24 ans a augmenté spectaculairement et ça, ça nous démontre qu'on est dans la bonne direction.

Dominic Fugère, directeur général du GP3R

L’étude de la firme Watson Recherche Marketing, commandée par le Grand prix de Trois-Rivières et dont les résultats ont été dévoilés jeudi, démontre que le nombre d'entrées est passé de 129 250 en 2013 à 194 479 en août dernier, ce qui représente une hausse de 50,5 %.

D'autre part, les spectateurs de 45-54 ans étaient les plus nombreux dans les gradins (29 %) alors qu’en 2016, c’étaient les 25-34 ans. L’étude démontre qu’il y a davantage de gens de l’extérieur de la région qui assistent aux courses.

En 2016, ils représentaient la moitié des visiteurs, alors qu’en 2013, ils composaient le tiers de la foule.

Il faut dire que depuis 2013, le Grand Prix de Trois-Rivières a pris un virage à 180 degrés. Le visage de l'événement a complètement changé avec, entre autres, l'ajout d'un week-end et la présentation de nouvelles courses, dont le de rallycross et du Championnat AMA Supermoto.

On a une formule qui fonctionne, on le voit depuis trois ans. C'est pour ça qu'on veut consolider ça. On veut améliorer notre position sur l'échiquier des différentes courses.

Dominic Fugère, directeur général du GP3R

Dominic Fugère s'appuie maintenant sur les principales courses du GP3R, soit le NASCAR, le rallycross ainsi que le Championnat AMA Supermoto, dont les ententes sont signées pour les trois prochaines présentations.

Quand on lui demande à Dominic Fugère son objectif ultime, son plus grand rêve pour l'événement, il n'arrive pas à répondre clairement.

« Quand j'étais journaliste, on disait que la meilleure histoire on ne l'avait pas encore écrite. Je peux dire que le meilleur GP3R, on l'a pas encore organisé, se contente-t-il de répondre. On n'a rien de nouveau sur le radar pour le moment. »

Fierté régionale

Les frères Dumoulin, Jean-François et Louis-Philippe, se réjouissent des résultats de cette étude.

« J'aime le fait qu'il ait une vision pour le GP3R puis qu'il y ait un futur etque ça s'améliore chaque année. Nouvelles catégories, nouveaux pilotes, c'est bon pour le sport au Canada et au Québec surtout », lance d'emblée Louis-Philippe.

Pour sa part, Jean-François souligne que le rajeunissement de la clientèle était essentielle.

« C'est important pour avoir une relève de fans de course pour supporter le Grand prix de Trois-Rivières et les courses qu'on fait », dit-il.

50 ans de Grand prix à Trois-Rivières

En 2019 se tiendra le 50e Grand prix. Pour l’occasion, le GP3R veut récompenser la loyauté des spectateurs.

Il offre des rabais à ceux qui achèteront cette année leurs billets pour 2017, 2018 et 2019. L'offre spéciale est en vigueur dès maintenant.

Le Grand prix de Trois-Rivières a vu le jour en 1967. Il a fait relâche pendant trois ans dans les années 1980.

D'après les informations de Marie-Pier Bouchard

Plus d'articles

Commentaires