Retour

Réclamations pour des blessures par chute: l'année la moins chère en 10 ans à Shawinigan

Bien que de nombreux amateurs de sports d'hiver soient restés sur leur faim cette année, l'hiver plus doux qu'on a connu n'a pas que des inconvénients. Radio-Canada a appris que 2015-2016 est l'année où les réclamations pour des chutes ont été les moins coûteuses pour la Ville de Shawinigan en 10 ans.

Des chiffres obtenus à la suite d'une demande d'accès à l'information nous apprennent que Shawinigan a versé, jusqu'à présent, près de 16 972 $ à quatre citoyens à la suite de blessures par chute pour l'année 2015-2016.

La Ville précise qu'elle ne peut « confirmer que toutes ces chutes sont survenues pendant la saison hivernale puisque son système ne donne pas ce niveau de précision ».

Il faut remonter dix ans en arrière, soit en 2006-2007, pour trouver une année lors de laquelle les réclamations pour des blessures par chute ont coûté moins cher que cette année. La Ville avait alors payé 10 664 $.

Plus d'un demi-million en 10 ans

Le nombre total de réclamations pour des blessures par chute au cours de la dernière décennie atteint 72, ce qui a coûté 563 327 $ aux contribuables shawiniganais.

Seulement l'année dernière, Shawinigan avait dû verser plus du double de cette année en dédommagements à la suite de chutes, soit un total de 35 983 $.

Les coûts pour blessures à la suite de chutes ont atteint des sommets de plus de 126 000 $ en 2008-2009 et 2011-2012. Le porte-parole de la Ville de Shawinigan, François Saint-Onge, précise qu'en 2011, une femme avait perdu la vie à la suite d'une chute, ce qui explique le montant plus élevé cette année-là. « Ce n'est pas quelque chose qu'on souhaite, mais on va comprendre que la réclamation sera plus importante dans un cas comme celui-là. »

« À Shawinigan la grande majorité des opérations de déneigement se fait en régie, c'est-à-dire par les gens des travaux publics, explique-t-il. Dans plusieurs municipalités, ce sont des contrats alors si vous vous adressez à ces municipalités-là, vous n'aurez pas les statistiques parce que ce sont les entrepreneurs qui auront à voir à ces règlements là si jamais il y a des chutes, donc cela peut fausser les statistiques. Mais je pense pas qu'il y ait à Shawinigan une situation qui est pire qu'ailleurs au Québec. »

À titre comparatif, la Ville de Trois-Rivières a reçu une vingtaine de réclamations pendant les 10 dernières années, mais aucune n'a fait l'objet d'un règlement. Il faut toutefois préciser qu'une importante proportion de l'entretien des rues de la Ville est effectuée par des sous-traitants qui ont aussi la responsabilité de traiter les plaintes liées à leur travail.

Montréal a, quant à elle, versé près d'un demi-million $ à la suite de réclamations au cours de 3 dernières années.

Shawinigan se réjouit de la diminution des réclamations

La Ville de Shawinigan se réjouit que le nombre de chutes soit en diminution cette année.

François Saint-Onge explique que cette réduction est possiblement liée aux températures hivernales plus douces cette année, mais aussi par le fait que la Ville travaille constamment à améliorer son déneigement.

« Chaque année, on fait un post-mortem sur les opérations de déneigement, comment ça a été pendant l'hiver, qu'est-ce qu'on peut améliorer [...] pour revoir nos façons de faire, nos trajets de déneigement, revoir comment on va étendre nos abrasifs », affirme M. Saint-Onge.

Une politique de viabilité hivernale est aussi en vigueur depuis 3 ans. François Saint-Onge ajoute que cette politique a permis à la Ville de réduire significativement l'utilisation des sels qui est passée de 12 000 tonnes à quelque 3000 tonnes. Pour sauvegarder l'environnement, la Ville privilégie maintenant d'autres types d'abrasifs comme le sable.

Il est toutefois possible que d'autres réclamations pour des blessures par chute à Shawinigan s'ajoutent d'ici la fin de la saison froide.

Plus d'articles

Commentaires