Retour

Réfugiés : le SANA et Amnistie internationale organisent une activité pour vaincre les préjugés

Plus de 140 personnes ont assisté à la projection spéciale du fim La Pirogue jeudi soir au Séminaire Saint-Joseph de Trois-Rivières, une activité organisée par le Service d'accueil des nouveaux arrivants (SANA) et Amnisie internationale. L'activité, suivie d'un échange avec le public, se déroulaitdans le but avoué de mieux faire comprendre la situation des réfugiés et de vaincre les préjugés à leur égard.

Un texte de Marie-Ève Trudel

La bénévole au sein d'Amnisite internationale, Vickie Schnieders, se souvient du moment où le premier ministre Justin Trudeau a annoncé que le Canada accueillerait 25 000 réfugiés syriens. « Les médias sociaux ont explosé avec des choses positives, mais des choses très négatives aussi », relate-t-elle. 

La projection du film devient ainsi un prétexte pour aborder les préjugés de front. « Il y a beaucoup de désinformation qui circulait, notamment quant aux finances des réfugiés », note Vickie Schnieders. Amnisite internationale souhaite véhiculer l'information selon laquelle moins de 1 % des adultes prestataires des programmes d'aide financière de dernier recours sont des demandeurs d'asile. 

Quant à l'intégration, elle peut être difficile au départ en raison de la barrière de la langue, explique le directeur général du SANA. La notion de confiance en est une qui se développe au fil du temps, selon lui : « Quand on est dans une situation de guerre, on est méfiant envers tout », affirme Ivan Suaza, qui appelle la population à être particulièrement sensible à cet égard.

Les gens qui participent à l'activité sont plutôt sympathiques à la cause des réfugiés, convient Vickie Schnieders, mais « ils auront les bons outils » et « la bonne information » quand viendra le temps de confronter leurs idées, argumente-t-elle. « Ça va être l'effet multiplicateur qui va faire la différence », dit la bénévole.

Deux nouvelles familles syriennes à Trois-Rivières

L'activité coïncide avec l'arrivée jeudi de deux nouvelles familles de réfugiés syriens à Trois-Rivières, respectivement composées de trois et cinq membres.

Au total, une vingtaine de réfugiés sont arrivés en terre trifluvienne depuis le début de l'année. 

Le directeur général du SANA confirme que Trois-Rivières doit toujours accueillir 70 réfugiés syriens d'ici la fin du mois de février. Il a expliqué dernièrement que le ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion (MIDI) les informe de l'arrivée d'une famille seulement 48 heures à l'avance.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards