Retour

Rencontre entre Philippe Couillard et les chefs autochtones : « un dialogue productif »

La directrice générale du Centre d'amitié autochtone de La Tuque, Christine Jean, qui a participé hier à la rencontre entre le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et les chefs autochtones, croit que les échanges ont été productifs.

Un texte de Michelle Raza

La rencontre avait pour but de faire le point sur les mesures prises par Québec à la suite des allégations de sévices, d'abus de pouvoir et d'agressions sexuelles lancées par des femmes autochtones de Val-d'Or contre des policiers de la Sûreté du Québec.

« C'est un geste concret qui va nous permettre de poser des actions », croit la directrice générale du Centre d'amitié autochtone de La Tuque.

Québec a promis des investissements de 6,1 millions de dollars pour les communautés autochtones de Val-d'Or et a confirmé la nomination de Fannie Lafontaine, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la justice internationale pénale et les droits fondamentaux à l'Université Laval, comme observatrice du processus de l'enquête confiée au SPVM.

Christine Jean estime que l'aide accordée à Val-d'Or est « encourageante » pour les communautés d'ailleurs au Québec.

La directrice du Centre d'amitié autochtone de La Tuque suit de près les développements de la crise de Val-d'Or, mais n'a pas eu connaissance d'allégations aussi graves qui auraient émané d'Autochtones de la Haute-Mauricie. « C'est certain qu'il y a eu des accrocs, du profilage racial, mais rien de comparable à ce qui a été rapporté à Val-d'Or », rapporte-t-elle. Pour elle, la suite des choses pour améliorer le sort des Autochtones au Québec passe par l'éducation et la sensibilisation.

Couillard interpelle Ottawa

Sur la demande d'une commission d'enquête sur les femmes autochtones et leurs relations avec les services de police, Philippe Couillard a dit attendre le gouvernement fédéral avant de songer au même exercice au Québec. Il demande cependant à Ottawa d'inclure le Québec dans le mandat de cette commission.

Le premier ministre en a profité pour rappeler au gouvernement Trudeau qu'Ottawa « s'est retiré d'une partie de son rôle de fiduciaire historique », notamment sur les territoires des Premières Nations.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine