Il peut être difficile pour une personne autiste de décrocher un emploi, lorsque l'embauche passe par une entrevue. Pourtant, la majorité des personnes autistes sont aptes au travail. La psychologue Julie Carignan parle du défi de leur intégration.

Un des grands défis du trouble du spectre de l’autisme est qu’il est vaste, et qu'il représente différentes particularités.

« Alors que certains individus n’arrivent pas à communiquer verbalement, d’autres sont fonctionnels et certains ont même développé un don dans un domaine particulier », explique la psychologue Julie Carignan, en entrevue à l’émission Facteur matinal.

« La grande majorité de personnes sont aptes à travailler et pourtant seulement une faible minorité, environ 10 % occupent un emploi régulier ». Elle ajoute qu’ « il y a donc un très grand écart entre la capacité de travailler et l’accès à l’emploi ».

Étant elle-même mère d’un enfant autiste, elle croit que plusieurs processus d’embauche pourraient être revus pour permettre aux personnes autistes d’intégrer le marché du travail. Elle cite entre autres les cas où l’on exige des années d’expérience, alors que plusieurs personnes autistes n’arrivent pas à décrocher un premier emploi.

Le sujet fait couler beaucoup d’encre depuis que l’entreprise Walmart a annoncé qu’elle congédiait ses employés présentant une déficience intellectuelle.

Plus d'articles