Retour

Retour à la case départ pour les religieuses de Trois-Rivières

Le projet de résidence réunissant les trois communautés religieuses de Trois-Rivières est à nouveau retardé. Les Filles de Jésus, les Carmélites et les Ursulines devront trouver un nouvel endroit et un nouveau promoteur pour exaucer leur voeu.

Le Groupe Dion, qui devait agrandir la résidence Saint-Famille pour les accueillir, a mis fin à sa relation d’affaires avec les communautés religieuses « d’un commun accord », peut-on lire dans le communiqué envoyé par l’entreprise.

Des « circonstances malheureuses, hors du contrôle du Groupe Dion » justifient cette décision, écrit l’entreprise.

En décembre, on apprenait que les travaux allaient être grandement retardés en raison de la découverte de sols contaminés.

« De plus, peut-on lire dans le communiqué, des problèmes de santé ont contraint monsieur Guy Dion au repos pour une période de temps indéterminé. »

Il s’agissait d’un projet de 15 millions de dollars. Le promoteur et propriétaire de la résidence, Guy Dion, travaillait sur ce projet depuis près de trois ans avec les religieuses.

Les trois congrégations comptent près de 190 religieuses.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu’est-ce que le fétichisme des pieds?





Rabais de la semaine