Retour

Retour du train à Trois-Rivières : « Moi, j'y crois », dit Jean-Guy Dubois

Au lendemain de la présentation du plan de Via Rail pour ramener le train de passagers à Trois-Rivières d'ici 5 à 10 ans, le maire de Bécancour dit croire que le projet se concrétisera.

Un texte d'Alexandre Duval

De passage à l'émission Chez nous le matin, jeudi, Jean-Guy Dubois a souligné que la force du projet réside dans l'intérêt de la population pour le transport sur rails.

Selon lui, jeunes et moins jeunes ont avantage à voyager par train. « Les plus âgés, eux autres, recherchent un voyage sans souci », explique Jean-Guy Dubois. Quant aux plus jeunes, ils « veulent voyager wi-fi et le train leur offre cette possibilité », affirme-t-il.

Le plan présenté mercredi par le président de Via Rail lors d'une conférence organisée par le Chambre de commerce et d'industries de Trois-Rivières mettait l'accent non pas sur la rapidité du train, mais plutôt sur sa fréquence.

D'ici quatre ans, Via Rail voudrait en effet construire une voie dédiée au transport de passagers, qui serait indépendante des trains de marchandises, entre Montréal et Toronto, en passant par Ottawa. Il ne s'agirait pas d'un TGV, mais plutôt de trains circulant à 160 km/h.

Si cet axe s'avère rentable, comme elle le projette, Via Rail étendrait par la suite son réseau vers Québec, en passant par Laval, Trois-Rivières et Shawinigan. Une extension serait aussi faite à l'ouest, vers Windsor, en Ontario.

Une solution réaliste

Le maire de Bécancour affirme qu'il s'agit d'un projet viable et surtout, qui répond au problème de disponibilité des trains. Actuellement, « il manque la flexibilité, c'est-à-dire la possibilité de partir le plus près possible du moment où on le souhaite, et de revenir aussi le plus près possible du moment où on le souhaite », dit Jean-Guy Dubois.

En ce sens, il croit que le plan de Via Rail est plus réaliste que l'ancien projet de TGV mis de l'avant pour le corridor Québec-Windsor, dont le coût était également beaucoup plus élevé.

Par ailleurs, Via Rail a aussi annoncé que la future gare de Trois-Rivières serait installée le plus près possible de l'aéroport régional, un emplacement qui a suscité des interrogations.

Jean-Guy Dubois soutient que le choix de cet emplacement pourrait s'avérer payant ou non, selon le type de clientèle que Via Rail prévoit desservir.

« Ça va dépendre, je pense, du type de clientèle qui va utiliser le train [...] Si ce sont des gens qui viennent par affaires au centre-ville de Trois-Rivières [...], c'est sûr que c'est mieux [si la gare] est au centre-ville. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine