Retour

RGMRM : le débat des ordures de la Mauricie s'invite à l'Assemblée nationale

La possibilité que les ordures ne soient pas ramassées la semaine prochaine en Mauricie suscite de vives réactions citoyennes et politiques. Mercredi, la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie (RGMRM) a annoncé que le dépotoir de Saint-Étienne-des-Grès n'accepterait plus d'ordures à compter du 1er juin, en fin de journée.

Un texte de Marie-Ève Trudel

Le sujet a notamment surgi lors de la période de questions à l'Assemblée nationale jeudi matin. « Après la pyrrhotite, voilà la crise des déchets » a lancé le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel.

« On applique la loi » a rétorqué le ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, David Heurtel.

« C'est justement parce qu'on a à coeur la santé et la sécurité qu'on veut s'assurer qu'avant d'autoriser [le certificat], on ait des réponses complètes et sérieuses à des objections soulevées par le ministère », a ajouté David Heurtel.

Le ministre a précisé qu'une centaine de plaintes ont été déposées quant aux odeurs des déchets et au liquide qui s'en échappe. Celui-ci contiendrait trop de zinc. « La Ville [de Saint-Étienne-des-Grès] a senti le besoin de poursuivre la Régie » concernant ces enjeux, a martelé David Heurtel.

Le ministre dit suivre le dossier « de très près » et précise qu'une rencontre sera organisée avec les élus de la région, sans toutefois préciser les détails de cette rencontre.

La RGMRM réplique

La RGMRM a tenu à émettre des précisions à la suite de la déclaration du ministre de l'Environnement, notamment en affirmant que la Régie « a dû elle-même entreprendre une démarche juridique contre la municipalité », invoquant que le Règlement numéro 426-2014 était invalide et inapplicable.

Concernant le taux de zinc, la Régie dit s'être engagée auprès du ministère « à produire une demande de certificat d'autorisation distincte lorsqu'une solution durable de traitement permettant d'abaisser la concentration du zinc aura été identifiée ».

Une mobilisation citoyenne

Il aura fallu peu de temps pour qu'un mouvement citoyen se mette en branle sur les médias sociaux, visant à faire pression sur les élus.

Afin de régler le problème de collecte de déchets et de matières résiduelles en Mauricie, le groupe de citoyens propose d'aller déposer les sacs à ordure devant les bureaux des élus de la région.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine