Le Festival western de Saint-Tite, c'est un océan de roulottes et de kiosques de tout acabit dans la petite municipalité de la Mauricie. Mais au cœur du festival, il y a surtout le rodéo, et au coeur du rodéo, il y a des animaux.

Un texte de Michelle Raza

Deux vétérinaires et quatre techniciennes examinent les chevaux en ce mardi matin. Ils leur font, entre autres, passer un examen pulmonaire, un examen cardiaque et un test de Coggin pour dépister une maladie infectieuse.

Kindy Scruggs est arrivée la veille à Saint-Tite. « C'est ma première fois ici », dit la jeune femme qui habite Southaven, au Mississippi. Elle a fait 24 heures de route avec son cheval, Blue, pour prendre part à l'épreuve des barils.

Elle devra peut-être réviser ses plans : le vétérinaire Pierre Tardif a détecté une légère boiterie chez son cheval. Il lui demande de repasser le lendemain matin, mais si l'état de Blue ne s'améliore pas, la cavalière aura parcouru près de 2300 kilomètres pour rien.

Cette année, près de 500 chevaux prennent part aux épreuves de rodéo du Festival western de Saint-Tite. Ils doivent tous recevoir le feu vert de l'équipe de vétérinaires du festival avant de prendre part aux épreuves.

Ça fait partie de la politique sur le bien-être animal que le Festival western de Saint-Tite a adoptée en 2001. Le Stampede de Calgary lui a emboîté le pas quelques années plus tard.

« Nous avons été les premiers au Québec à le faire », explique Pierre Gauthier, qui a participé à sa création. Ce vétérinaire à la retraite travaille depuis 30 ans dans l'univers du rodéo.

Le Festival western de Saint-Tite s'est doté de sa politique animale pour prévenir les accidents, mais aussi pour s'assurer que toutes les bêtes en vedette chez lui arrivent en bon état.

Les animaux sous les projecteurs

Le traitement des animaux est un sujet chaud. Encore cette année, la SPCA de Montréal a dénoncé les épreuves de rodéo qui se tiennent à Saint-Tite.

« Ce qui me fâche, c'est que des activistes qui n'ont jamais mis les pieds ici véhiculent encore et encore des mythes », déplore Patrick Lacroix, un ex-compétiteur qui travaille maintenant auprès des animaux du Festival.

Le rodéo comporte tout de même des risques, tant pour les cowboys que pour les animaux.

L'équipe de vétérinaires du festival est dans les estrades lors de toutes les épreuves de rodéo. Un camion-clinique tout équipé se trouve dans le manège derrière les grandes estrades, au cas où une intervention d'urgence serait nécessaire.

« En 21 ans à Saint-Tite, je n'ai eu que 6 cas de blessures », rapporte le directeur des rodéos, Sylvain Bourgeois.

Le traitement des animaux et les propos des opposants aux épreuves du rodéo sont des questions délicates pour lui. « Ce que les gens qui nous critiquent ne comprennent pas, c'est que les animaux font partie intégrante de notre vie. »

Plus d'articles

Commentaires