Retour

Sauveteurs recherchés pour garder les piscines ouvertes

Il n'y a pas que les secteurs manufacturiers et de la restauration qui pâtissent de la pénurie de main-d'oeuvre à Trois-Rivières. Le recrutement de sauveteurs est aussi particulièrement difficile cet été pour certaines organisations de la région.

La base de plein air Ville-Joie du secteur Pointe-du-Lac, à Trois-Rivières, a multiplié les efforts au cours des dernières semaines afin de trouver des sauveteurs pour assurer la surveillance de sa piscine.

La direction a même fait passer l'offre salariale de 13 à 17 dollars l'heure, mais les démarches n'ont pas été fructueuses.

Jusqu'à la semaine dernière, la piscine était seulement ouverte deux jours sur sept. Depuis, Félix Collin, enseignant en éducation physique et sauveteur depuis 12 ans, s'est manifesté pour donner un coup de pouce.

« Il y a une pénurie, on le constate, dit-il. On peut négocier nos conditions, c’est ça qui est l’avantage! »

Grâce à lui, la piscine de la base de plein air est maintenant ouverte cinq jours sur sept, mais pas toutes les semaines, puisque ses disponibilités sont limitées.

La piscine demeure fermée durant les fins de semaine, ce qui la rend indisponible pour les réservations de groupes des clients commerciaux. Les mesures de recrutement mises en place ne sont pas non plus sans conséquence pour l’entreprise.

Pour pallier cette offre de service diminuée, la direction mise sur sa plage et sur l'installation de structures gonflables pour que ses visiteurs puissent se rafraîchir.

De son côté, la gestionnaire du parc aquatique H2O de Trois-Rivières, Sophie Bellemare, se considère chanceuse d'avoir comblé ses besoins de sauveteurs cet été.

Elle affirme cependant qu'elle aurait aimé recruter un ou deux sauveteurs de plus pour faciliter les remplacements.

« Ce qui a grandement aidé, c’est mon retour de l’équipe de l’année dernière. On a eu beaucoup d'assistants sauveteurs qui ont appliqué. Étant donné qu’on avait une restructuration cet été dans la façon de surveiller nos installations, je pouvais me permettre d’avoir un peu plus d’assistants sauveteurs. »

Salaires plus avantageux à la Ville

Le porte-parole de la Ville de Trois-Rivières, Yvan Toutant, indique que le recrutement de sauveteurs n'a pas été difficile cette année.

D'ailleurs, le directeur de la base de plein air Ville-Joie et la gestionnaire du parc aquatique H20 admettent que la Ville est leur principal compétiteur dans le recrutement de sauveteurs. Les entreprises ne sont pas en mesure d'offrir des salaires aussi élevés.

Pourtant, avec un peu plus de 13 500 sauveteurs de piscine inscrits à la Société de sauvetage, dont 435 en Mauricie-Centre-du-Québec, l'organisation n'observe pas de baisse du nombre d'inscrits, mais constate que cette difficulté de recrutement touche toutes les régions.

Selon le directeur général, Raynald Hawkins, le contexte actuel au Québec fait en sorte que les jeunes ont l'embarras du choix quand vient le temps de se trouver un emploi d'été.

Raynald Hawkins croit que des efforts doivent être déployés pour attirer encore plus de jeunes vers la formation de sauveteur.

Avec les informations de Marie-Pier Bouchard

Plus d'articles