Retour

Shawinigan veut sa part du gâteau pour décontaminer une centaine de sites

La Ville de Shawinigan entend bien tirer profit du plan d'action provincial pour décontaminer des sites désaffectés. Son passé industriel a laissé une centaine de terrains pollués.

« [La décontamination] s'échelonnera probablement sur les 20, 30, 40 ou 50 prochaines années, selon les programmes gouvernementaux, mais l'important c'est de commencer », explique le maire Michel Angers.

Sur 16 projets jugés prioritaires par la Ville de Shawinigan, au moins deux seront soumis pour bénéficier du programme dans les prochains mois. Il s'agit du terrain de la rue Broadway, derrière le Complexe Jacques-Plante, et de l'ancien garage municipal, sur la rue de la Fonderie.

Les entreprises qui s'installeront dans la région devront prévoir un fonds de décontamination, a expliqué la députée de Laviolette et ministre responsable de la région de la Mauricie, Julie Boulet.

« Il y a des garanties qui devront être mises en place par les entreprises pour éviter que, si un jour ils quittent ou ils font faillite, qu'ils disparaissent et nous laissent un terrain contaminé », a dit la ministre à Shawinigan.

La politique provinciale ne prévoit toutefois pas de nouvelles mesures pour agir contre les entreprises délinquantes, qui refusent de payer pour décontaminer leurs terrains.

175 M$ de Québec

En tout, 175 M$ seront investis par Québec d'ici 2021 afin de réhabiliter certains sites et limiter la propagation de produits toxiques.

De ce montant, 120 M$ seront octroyés pour les terrains contaminés appartenant à l'État.

La balance, soit 55 M$, sera accordée au programme ClimatSol-Plus. Les municipalités pourront ainsi déposer leurs projets de décontamination pour bénéficier du programme.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine