Retour

Tarifs supralocaux à Shawinigan : l'impasse avec les municipalités voisines persiste

Les municipalités qui utilisent les services de Shawinigan ont rejeté les offres faites par la Ville pour régler le problème des tarifs supralocaux. C'est ce qu'a affirmé le maire Michel Angers vendredi. Il souhaite maintenant que la Commission municipale du Québec intervienne pour régler le litige.

Il y a environ un an, Shawinigan annonçait qu'elle souhaitait refiler une plus grande facture aux neuf municipalités environnantes pour l'utilisation de ses infrastructures. La Ville a tenté de s'entendre avec ses municipalités voisines afin d'obtenir une compensation financière pour l'utilisation du Centre Gervais Auto, par exemple.

Le maire Angers aimerait que la Commission municipale du Québec réalise une étude de coûts et propose un montant que les municipalités voisines devraient payer à Shawinigan en échange de l'utilisation de ses piscines, patinoires et autres infrastructures.

Michel Angers a précisé qu'il n'imposera pas le tarif réel aux citoyens des autres municipalités. Au départ, la Ville laissait entrevoir la possibilité que l'accès aux activités aquatiques passe de 250 $ pour les non-résidents à 1 542 $ et qu'une municipalité comme Notre-Dame-du-Mont-Carmel ait à payer une facture de 241 773 $.

Les neuf municipalités qui seront touchées par un changement aux tarifs sont Grandes-Piles, Hérouxville, Notre-Dame-du-Mont-Carmel, Saint-Boniface, Saint-Élie-de-Caxton, Saint-Étienne-des-Grès, Saint-Mathieu-du-Parc, Saint-Paulin et Saint-Tite.

Les maires ont déjà affirmé qu'ils aimeraient que Shawinigan adopte le principe de l'utilisateur payeur, au lieu de refiler la facture à l'ensemble des résidents.

Appel aux ministres

Pour que la Commission municipale du Québec se penche sur le dossier des tarifs supralocaux en Mauricie, il faut que le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, lui en donne le mandat. Le maire Michel Angers souhaite que les députés de la Mauricie interviennent auprès du ministre.

La députée de Laviolette et ministre responsable de la région de la Mauricie, Julie Boulet, a dit qu'elle abordera le sujet au caucus qui réunit les députés de la Mauricie la semaine prochaine. « [On va évaluer] quelles recommandations ou comment on peut voir avec le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, comment on peut résoudre cette problématique », a affirmé Julie Boulet.

Avec les informations de Claudie Simard

Plus d'articles