Un but controversé des Huskies en troisième période a bien failli faire balancer le quatrième match. Les Cataractes ont toutefois résisté et l'ont emporté 6-4. Ils évitent l'élimination et forcent la présentation d'un cinquième match à Rouyn-Noranda.

Un texte de Pierre-André Cloutier

Les Cataractes menaient par deux buts avec 12 minutes à faire à la rencontre lorsque les Huskies ont passé bien près de mettre fin à la série finale de la Coupe du président.

Philippe Myers s'est tout d'abord emparé d'un rebond de la bande pour faire 4-3.

Le vétéran gardien des Cataractes, Philippe Cadorette, est sorti de ses gonds, arguant qu'il avait été victime d'obstruction de la part d'A.J. Greer. Les officiels n'ont cependant pas bronché.

Moins d'une minute plus tard, alors que Cadorette semblait encore fulminer contre la décision des arbitres, Gabriel Fontaine a créé l'égalité.

Il n'en fallait pas plus pour que les quelque 4600 partisans présents au centre Gervais auto lancent des projectiles sur la glace.

Mais le capitaine des Cataractes, Anthony Beauvillier, est venu apaiser la foule avec six minutes à faire. Il s'agissait d'un troisième but en avantage numérique pour les Cats. Alexis D'Aoust et Alex Pawelczyk ont inscrit les deux autres.

L'entraîneur des Cats, Claude Bouchard, qui souhaitait plus d'intensité de la part de certains troupiers, s'est dit satisfait de l'effort des siens. « Dans les deux dernières parties, on jouait peut-être comme une équipe qui se satisfaisait d'être en finale. »

Gabriel Gagné, Dennis Yan et Dmytro Timashov ont aussi marqué pour les locaux.

Chez les Huskies, Francis Perron et Martins Dzierkals ont aussi fait bouger les cordages.

Les Huskies ont dirigé 37 lancers sur Philippe Cadorette, contre 21 pour les Cataractes.

Marchand remplacé

Chase Marchand a d'ailleurs été retiré du match après le troisième but des Cats.

Il a été remplacé par Samuel Harvey. Gilles Bouchard voulait changer le rythme du match, a-t-il expliqué en conférence de presse.

Cependant le pilote des Huskies a toutefois admis que les siens avaient fait des erreurs mentales. « On n'était pas à point. On a eu des temps forts. On a travaillé, mais on n'a pas travaillé tout le temps », dit-il.

Le cinquième match sera présenté jeudi à Rouyn-Noranda.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine